Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2006-09-29
Actualité médicale

Tags: thermographie -  dissipe -  mythe -  fosse -  homme-femme -  quant -  excitation -  sexuelle - 
La thermographie dissipe le mythe du fossé homme-femme quant à l'excitation sexuelle - Actualité médicale
La thermographie dissipe le mythe du fossé homme-femme quant à l'excitation sexuelle

29 septembre 2006 - Une étude de McGill démontre que le temps de réponse à la stimulation est le même chez l'homme et la femme .

Publicité

Pour la toute première fois, une étude de l'Université McGill a mesuré le taux d'excitation sexuelle en employant la technologie de l'imagerie thermique. Les données recueillies ont renversé l'idée reçue selon laquelle la femme parvient plus lentement que l'homme à l'excitation sexuelle.
" En comparant l'excitation sexuelle chez l'homme et la femme, nous constatons qu'il n'y a aucune différence entre le temps nécessaire aux jeunes hommes et femmes en santé pour atteindre le seuil optimal d'excitation ", a indiqué Irv Binik, professeur de psychologie et fondateur et directeur du Service de thérapie sexuelle et de thérapie de couple de l'Hôpital Royal Victoria, rattaché au Centre universitaire de santé McGill.
La thermographie, ou imagerie thermique, est une imagerie infrarouge obtenue à l'aide de caméras thermographiques qui détectent, en fonction de leur température, la radiation émise par les objets. En raison de son utilisation dans le repérage d'objets chauds dans le noir, l'imagerie thermique est reconnue comme la technologie employée dans la fabrication de lunettes de vision de nuit utilisées lors d'opérations militaires.
Auparavant, les chercheurs dans le domaine de la sexualité mesuraient le niveau d'excitation à l'aide d'instruments nécessitant le toucher et la manipulation des organes génitaux. Les recherches menées par le Pr Binik sont réalisées à l'aide caméras thermographiques fixées sur les organes génitaux des sujets, alors que ces derniers visionnent un montage d'images formant une base de données de contrôle. Ce montage comporte des scènes pornographiques, des séquences de films d'horreur, les meilleurs sketches de Mr. Bean ainsi que des récits de voyage au Canada. Au cours de l'expérience, les sujets ont visionné séparément des films contenant des scènes de sexualité explicite distinctes, selon qu'elles étaient présentées aux hommes ou aux femmes. Fournies par l'Institut Kinsey, les scènes étaient destinées à produire l'excitation sexuelle en fonction ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2006-09-29 par
Source: Service des affaires universitaires - Université McGill Accéder à la source

Mots clés: thermographie dissipe mythe fosse homme-femme quant excitation sexuelle


Publicité

En savoir plus

Pour nous rejoindre:
Kathryn Haralambous
Service des affaires universitaires, Université McGill
514-398-3095




: Sur le même thème...