Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

0000-00-00
Actualité médicale

Tags: revue -  Science -  rapporte -  developpement -  vaccin -  ulceres -  cancer -  estomac -  aube -  succes -  bien -  merite - 
La revue Science rapporte que le développement du vaccin contre les ulcères et le cancer de l'estomac est à l'aube d'un succès bien mérité  - Actualité médicale
La revue Science rapporte que le développement du vaccin contre les ulcères et le cancer de l'estomac est à l'aube d'un succès bien mérité

En général, un remède passe toujours mieux avec une petite cuillère de sucre, mais pour 50 % de la population ordinaire dont l'estomac est colonisé par la bactérie Helicobacter pylori, les sucres ont un effet bien plus amer. D'après un rapport paru dans la revue Science, publiée par l'American Association for the Advancement of Science, certains sucres stockés dans l'organisme et qui sont censés permettre au système immunitaire de lutter contre les infections (pouvant être la cause d'ulcères et de cancer de l'estomac) ont plutôt tendance à aggraver ces infections.

Publicité

Ces résultats obtenus par une équipe de chercheurs francais, suédois, estoniens et américains, tentent d'expliquer pourquoi l'infection à l'H. pylori est une infection aussi tenace que virulente, et offrent de nouvelles perspectives de développement d'un vaccin.

Il existe de nombreuses souches d'H. pylori, certaines plus néfastes que d'autres. D'après l'Organisation mondiale de la santé, ces souches sont responsables de la plupart des ulcères (il est à noter que l'on ne considère plus les mets épicés et le stress comme ayant une part de responsabilité importante dans l'apparition des ulcères) et ont été associées au cancer de l'estomac, l'un des cinq types de cancer les plus communs dans le monde.

Les infections à H. pylori sont beaucoup plus courantes dans les pays en voie de développement qu'en Amérique du Nord et en Europe occidentale, déclare l'auteur de l'étude Thomas Borén de Umeå University, à Umeå en Suède. Il note que bien que l'on puisse employer des antibiotiques pour traiter les ulcères, il est connu que l'utilisation à grande échelle de ce type de traitement entraîne l'apparition de souches bactériennes résistantes aux antibiotiques.

" Je pense que l'adoption d'une véritable stratégie thérapeutique repose sur la mise au point d'un vaccin " déclare Borén.

Au cours de l'infection à l'H. pylori, quand les bactéries colonisent les replis des muqueuses qui tapissent l'estomac, la surface des cellules de ces muqueuses présente certaines molécules de sucre. Borén et ses collègues se sont rendu compte que tout en guidant les cellules immunitaires vers le tissu endommagé, les sucres engendraient également des conséquences imprévues.

Les chercheurs expliquent que l'H. pylori s'attache aux parois de l'estomac grâce à des protéines adhésives spéciales, appelées " adhésines " qui se fixent sur ces molécules de sucres. De ce fait, les bactéries peuvent s'approprier les défenses immunitaires du sujet ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 0000-00-00 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: revue Science rapporte developpement vaccin ulceres cancer estomac aube succes bien merite


Publicité

En savoir plus

Les autres auteurs de l'étude sont : Jafar Mahdavi, Berit Sondén, Marina Hurtig, Farzad O. Olfat, Lina Forsberg, Anna Arnqvist et Bertil B. Lundskog, de Umeå U., à Umeå en Suède ; Farzad O. Olfat est également associé au Swedish Institute for Infectious Disease Control, à Solna en Suède ; Niamh Roche, Jonas Ångström, Thomas Larsson, Susann Teneberg et Karl-Anders Karlsson, de Göteborg U., à Göteborg en Suède ; Siiri Altraja de Tartu U., à Tartu en Estonie ; Torkel Wadström, de Lund U., à Lund en Suède ; Dangeruta Kersulyte et Douglas E. Berg, de Washington U. Medical School, à St. Louis dans le Missouri ; Andre Dubois de l'Uniformed Services University of the Health Sciences à Bethesda dans le Maryland ; Christoffer Petersson et Karl-Eric Magnusson de Linköping U., à Linköping en Suède ; Thomas Norberg de Swedish U. of Agricultural Sciences, à Uppsala en Suède ; Frank Lindh de IsoSep AB, à Tullinge en Suède ; et Lennart Hammarström du Karolinska Institute, à Huddinge en Suède.

Ce projet de recherche a bénéficié du soutien financier du Fonds pour la biotechnologie de l'Umeå University, du Fonds de la Société suédoise de médecine/Bengt Ihre, de la Société suédoise pour la recherche médicale, de la Fondation Lion pour la recherche sur le cancer de Umeå U., du Conseil du comté de Västerbotten, du Prix de recherche en glycobiologie Neose, du Conseil suédois de recherche médicale, du Conseil suédois pour la recherche, de la Société suédoise pour la lutte contre le cancer, des programmes SSF, de la Fondation J.C. Kempe Memorial, de la Fondation Wallenberg, de la Fondation Lundberg, de l'hôpital universitaire Alf Grant Lund et des Instituts nationaux de la santé et de l'Uniformed Services University of the Health Sciences aux États-Unis.