Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2003-04-30
Actualité médicale

Tags: Developpement metastatique -  proteine -  Akt -  migration -  cellules tumorales - 
Développement métastatique La protéine Akt : « carburant » de la migration des cellules tumorales - Actualité médicale
Développement métastatique La protéine Akt : « carburant » de la migration des cellules tumorales

Si les cellules sont généralement plutôt casanières, l'envie peut parfois leur prendre d'aller voir ailleurs : un vagabondage aux conséquences très variables. Au cours du développement embryonnaire, les cellules doivent migrer pour donner naissance à de nouveaux tissus. Cet esprit vagabond est indispensable au modelage du futur être vivant. En revanche lorsque des cellules tumorales acquièrent la capacité de se déplacer et d'envahir d'autres tissus, il y a un risque de métastases, ce qui rend d'autant plus difficile le traitement du cancer.

Publicité

A l'Institut Curie, des chercheurs de l'Inserm dans une unité CNRS viennent de montrer que la protéine Akt est un « carburant » permettant aux cellules épithéliales de se déplacer.

Publiée dans Cancer Research du 1er mai 2003, cette découverte offre de nouvelles perspectives thérapeutiques puisqu'en modifiant la protéine Akt, la formation des métastases pourrait être enrayée.

L'union fait la force : tel est le mot d'ordre chez les cellules épithéliales. Organisées en feuillets, elles recouvrent une surface externe, comme la peau, ou une cavité de l'organisme, comme la muqueuse intestinale, et doivent rester soudées au sein de leur tissu pour remplir les fonctions qui sont les leurs. Cette cohésion est indispensable au bon fonctionnement de l'organisme et, en bons petits soldats, les cellules épithéliales sont censées rester « fidèles » à leur tissu d'origine jusqu'à leur mort. Mais aucun système n'est parfait et des dérèglements peuvent survenir.
C'est généralement par une série d'accidents génétiques que débute la « mutinerie » cellulaire. Les anomalies s'accumulent sur des gènes qui régissent les processus vitaux (division, différenciation, réparation, apoptose). La cellule devenue anormale échappe à toute régulation : le processus de cancérogenèse est amorcé. Issues d'une première cellule mutée, les cellules cancéreuses forment alors une tumeur qui devient de plus en plus agressive pour son environnement et échappe inéluctablement à tout contrôle.

Quand les cellules s'échappent…
Certaines cellules cancéreuses n'arrêtent pas leur progression à la seule invasion du tissu d'origine, mais se propagent dans l'ensemble de l'organisme. Ce long cheminement des cellules tumorales n'est possible qu'au prix de nombreuses mutations. C'est la perte progressive de la fonction ou l'accroissement d'activité de certaines protéines qui leur permet de pénétrer dans un autre tissu, de perforer un vaisseau sanguin ou lymphatique, de se propager avant d'adhérer à la paroi d'un capillaire puis ...

Page suivante (2 / 6)

Article écrit le 2003-04-30 par auteur
Source: source Accéder à la source


Publicité

En savoir plus