Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

0000-00-00
Actualité médicale

Tags: Prions -  synthetiques -  infectent -  souris - 
Prions synthétiques qui infectent les souris - Actualité médicale
Prions synthétiques qui infectent les souris

De nouvelles découvertes pourraient combler une lacune dans « l’hypothèse des prions », d’après laquelle des protéines mal pliées sont des agents infectieux qui causent des maladies comme celle de Creutzfeld-Jacob chez les êtres humains, ainsi que la « maladie de la vache folle ».

Publicité

D’après l’hypothèse, ces protéines, ou prions, agissent seules pour endommager les tissus du cerveau et se propagent comme d’autres agents infectieux. Des chercheurs ont tenté de prouver cette hypothèse en synthétisant des prions – pour éliminer la possibilité d’un pathogène préexistant – et en les injectant dans des souris, mais ces tentatives n’ont pas réussi. Giuseppe Legname et ses collègues aux États-Unis et en Allemagne ont synthétisé des prions dans des bactéries, ont purifié les protéines, les ont pliées pour former des structures appelées amyloïdes et les ont injectées dans des souris. Ils ont trouvé que leurs souris ont fait preuve de maladies du cerveau entre 380 et 660 jours après les injections. Les chercheurs ont ensuite injecté des extraits cérébraux de ces souris malades dans d’autres souris qui, elles, ont fait preuve de maladies de prions entre 90 et 150 jours plus tard. Le prion synthétique semble être distinct des souches connues de prions, ce qui indique que les injections n’ont pas seulement déclenché un prion préexistant dans les animaux.

Article écrit le 0000-00-00 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: Prions synthetiques infectent souris


Publicité

En savoir plus

“Synthetic Mammalian Prions,” par G. Legname, I.V. Baskakov, H.-O.B. Nguyen, F.E. Cohen, S.J. DeArmond et S.B. Prusiner à la University of California à San Francisco (Californie); D. Riesner à la Heinrich-Heine-Universität à Düsseldorf (Allemagne); I.V. Baskakov est présentement au University of Maryland Biotechnology Institute à Baltimore (Maryland).




: Sur le même thème...