Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

0000-00-00
Actualité médicale

Tags: genome -  bacille -  lepre -  raconte -  histoire -  migrations -  humaines -  montrent -  chercheurs -  français - 
Le génome du bacille de la lèpre raconte l’histoire des migrations humaines montrent des chercheurs français - Actualité médicale
Le génome du bacille de la lèpre raconte l’histoire des migrations humaines montrent des chercheurs français

Une étude française comparant les différences génétiques entre des souches différentes de la bactérie responsable de la lèpre a permis de faire quelques découvertes surprenantes sur la manière dont a évolué le pathogène et comment il s'est répandu dans le monde avec les migrations humaines. Ce travail, mené par des chercheurs de l'Institut Pasteur à Paris, est détaillé dans le numéro du 13 mai de la revue Science publiée par l'AAAS, la société savante à but non lucratif.

Publicité

Il ressort de l'étude que les cas de lèpres existant de par le monde sont tous dus à une seule souche bactérienne, qui s'est propagée mais en mutant très faiblement en cours des siècles. Il apparaît aussi que la maladie pourrait être originaire de l'Afrique de l'Est, et non du sous-continent indien comme on le pensait précédemment, puis qu'elle s'est ensuite répandue sur les autres continents dans le sillage du colonialisme européen et de la traite des esclaves.

La lèpre, l'une des plus anciennes maladies humaines connues, pose encore un sérieux problème dans certains pays en voie de développement, notamment en Inde. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), environ 500.000 nouveaux cas ont été dépistés en 2003 (http://www.who.int/lep/stat2002/global02.htm).

" La lèpre reste tout aussi redoutable pour les malades qui ne sont pas traités convenablement, indique Caroline Ash, rédactrice senior à Science. Plus nous comprendrons le génome de ce pathogène et les subtiles différences entre les diverses souches dans le monde, plus nous serons en meilleure position d'éradiquer un jour la maladie ".

La capacité de situer l'origine d'une infection dans une région donnée pourrait aider les personnels de santé publique à suivre les déplacements de la maladie dans le temps et à déterminer le lieu d'infections nouvelles précise l'un des auteurs de l'étude, Steward Cole, de l'Institut Pasteur.

Historiquement selon Stewart Cole, on pensait que la lèpre provenait du sous-continent indien et qu'elle avait été introduite en Europe par des soldats grecs d'Alexandre le Grand revenant de sa campagne militaire en Inde. Il faudra d'autres recherches pour confirmer cela mais les résultats de l'étude indiquent que la maladie est originaire d'Afrique de l'Est ou peut-être du Proche-Orient et qu'elle s'est ensuite répandue vers l'ouest et l'est.

L'étude suggère que les Européens et les Nord-Africains ont propagé ...

Page suivante (2 / 4)

Article écrit le 0000-00-00 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: genome bacille lepre raconte histoire migrations humaines montrent chercheurs français


Publicité

En savoir plus

Les coauteurs de l'article avec Stewart Cole sont Marc Monot, Nadine Honoré, Thierry Garnier, Romulo Araoz, Jean-Yves Coppée et Céline Lacroix de l'Institut Pasteur à Paris, France ; Samba Sow du Centre National d'Appui à la lutte Contre la Maladie à Bamako, Mali ; John S. Spencer et Patrick J. Brennan de la Colorado State University à Fort Collins, CO, États-Unis ; Richard W. Truman et Diana L. Williams de la Louisiana State University à Baton Rouge, LA, États-Unis ; Robert Gelber du Leonard Wood Memorial Center for Leprosy Research à Cebu, Philippines ; Marcos Virmond du Instituto "Lauro de Souza Lima" à São Paulo, Brésil ; Béatrice Flageul de l'Hôpital Saint-Louis à Paris, France ; Sang-Nae Cho du Yonsei University College of Medicine à Séoul, République de Corée ; Baohong Ji de la Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière à Paris, France ; Alberto Paniz-Mondolfi et Jacinto Convit de l'Instituto de Biomedicina à Caracas, Venezuela ; Saroj Young et Paul E. Fine de la London School of Hygiene and Tropical Medicine à Londres, Royaume-Uni ; et Voahangy Rasolofo de l'Institut Pasteur de Madagascar à Tananarive, Madagascar.

L'étude a été financée par l'Institut Pasteur, l'Association Française Raoul Follereau, Lepra, le Consortium National de Recherche en Génomique, et le National Institute of Allergy and Infectious Diseases.

L'American Association for the Advancement of Science (AAAS) est la plus grande société scientifique du monde et édite la revue Science (www.sciencemag.org). L'AAAS, fondée en 1848, est au service de 10 millions de personnes au travers de 265 sociétés et académies des sciences affiliées. Science est la revue générale scientifique à comité de lecture la plus vendue dans le monde, avec un lectorat total estimé à un million de personnes. L'AAAS (www.aaas.org), à but non lucratif, est ouverte à tous et remplit sa mission de " faire avancer la science et de servir la société " par le biais notamment d'initiatives dans les politiques scientifiques, de programmes internationaux et de l'éducation scientifique. Pour les dernières nouvelles de la recherche scientifique, visitez Eurekalert !, www.eurekalert.org, le premier site web d'actualités scientifiques qui est aussi un service fourni par l'AAAS.

Français : Michaela Jarvis, AAAS, 925-945-8229 PST, michaelajarvis@sbcglobal.net
Corinne Jamma, Institut Pasteur, 33-140-613-341, cjamma@pasteur.fr
Anglais : Kathy Wren, AAAS, 1-617-628-0373 EST, kwren@aaas.org




: Sur le même thème...