Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

0000-00-00
Actualité médicale

Tags: toxines -  reduisent -  fecondite -  rats -  plusieurs -  generations -  tard - 
Les toxines réduisent la fécondité des rats plusieurs générations plus tard - Actualité médicale
Les toxines réduisent la fécondité des rats plusieurs générations plus tard

L’exposition des rats femelles enceintes à des toxines environnementales a mené à une fécondité réduite chez les mâles au cours des quatre générations subséquentes même si l’exposition a seulement eu lieu lors du développement embryonnaire de la première génération, annonce-t-on dans une nouvelle étude.

Publicité

Les toxines ont interrompu le développement des organes reproducteurs pendant une étape de développement embryonnaire où les mâles sont vulnérables à des perturbateurs hormonaux ou « endocrines » tels que les deux toxines environnementales employées dans cette étude: un fongicide appelé vinchlozoline qui est employé couramment dans l’industrie vinicole et un pesticide appelé méthoxychlore, employé au lieu du DDT. Les rats ont été exposés à des concentrations plus élevées que celles rencontrées dans la nature, et il faudra effectuer des études toxicologiques avant d’essayer de déterminer le risque environnemental pour les êtres humains et pour d’autres animaux. Les auteurs annoncent que ce défaut héréditaire qui réduit la fécondité chez les rats mâles n’est pas dû à une mutation génétique (modification d’une séquence ADN) mais correspond plutôt à des changements dans la modification de l’ADN par des « groupes méthyls » (CH3). Ainsi, les effets transgénérationnels sur la fécondité pourraient résulter d’événements non génétiques ou « épigénétiques ».

Article écrit le 0000-00-00 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: toxines reduisent fecondite rats plusieurs generations tard


Publicité

En savoir plus

"Epigenetic Transgenerational Actions of Endocrine Disruptors and Male Fertility," par M.D. Anway, A.S. Cupp, M. Uzumcu et M.K. Skinner à la Washington State University à Pullman (Washington); A.S. Cupp est présentement à la University of Nebraska à Lincoln (Nebraska); M. Uzumcu est présentement à la Rutgers University à New Brunswick (New Jersey).




: Sur le même thème...