Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

0000-00-00
Actualité médicale

Tags: genes -  cerebraux -  evoluent -  etres -  humains - 
Les gènes cérébraux évoluent chez les êtres humains - Actualité médicale
Les gènes cérébraux évoluent chez les êtres humains

La taille et la complexité exceptionnelles du cerveau humain est l’une des caractéristiques les plus distinctives de notre espèce, et des chercheurs ont identifié trois gènes cérébraux qui semblent avoir contribué à l’évolution des êtres humains.

Publicité

Cependant, il faudra effectuer d’autres recherches pour savoir exactement la nature exacte de cette contribution. Des études récentes ont trouvé que deux gènes qui aident à contrôler la taille du cerveau, Microcephalin et ASPM, semble avoir été sujets à une « sélection positive » pendant l’évolution des primates. Autrement dit, certaines variantes de ces gènes étaient favorables et ont donc favorisé la sélection naturelle, devenant fixes avec le temps. Dans deux Rapports correspondants, des chercheurs ont étudié si des variantes favorables des deux gènes ont continué à se propager, par sélection naturelle, à travers les populations modernes d’êtres humains. Patrick Evans et ses collègues ont trouvé que la fréquence d’une variante génétique de Microcephalin, qui a paru il y a environ 37 000 années, a augmenté relativement vite, ce qui suggère une sélection positive. Aussi, Nitzan Mekel-Bobrov et ses collègues ont trouvé qu’une variante de ASPM a paru il y a environ 5 800 années, se propageant rapidement à travers la population par sélection positive. Dans les deux cas, on n’a pas encore identifié le vrai avantage offert par ces variantes génétiques, ni pourquoi elles ont été sujettes à la sélection positive. Ces gènes ne sont probablement que deux parmi plusieurs gènes qui ont influencé le développement du cerveau, d’après Bruce Lahn, l’un deux auteurs des deux articles. Dans un article Brevia, des chercheurs ont identifié l’un des premiers gènes à être découvert qui se trouve chez les êtres humains mais non pas chez les singes. Ce gène, appelé SIGLEC11, code un récepteur pour la liaison d’un sucre appelé acide sialique, et chez les primates non humains sa forme ancestrale est exprimée dans certaines cellules immunitaires. Les primates non humains possèdent également une variante de ce gène, SIGLECP16, qui est appelé « pseudogène » car il est ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 0000-00-00 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: genes cerebraux evoluent etres humains


Publicité

En savoir plus

“Microcephalin, a Gene Regulating Brain Size, Continues to Evolve Adaptively in Humans,” par P.D. Evans, S.L. Gilbert, N. Mekel-Bobrov, E.J. Vallender, J.R. Anderson, L.M. Vaez-Azizi et B.T. Lahn au Howard Hughes Medical Institute à Chicago (Illinois); P.D. Evans, N. Mekel-Bobrov, E.J. Vallender, R.R. Hudson, S.L. Gilbert, J.R. Anderson, L.M. Vaez-Azizi et B.T. Lahn à la University of Chicago à Chicago (Illinois); S.A. Tishkoff à la University of Maryland, College Park à College Park (Maryland).

“Ongoing Adaptive Evolution of ASPM, a Brain Size Determinant in Homo sapiens,” par N. Mekel-Bobrov, S.L. Gilbert, P.D. Evans, E.J. Vallender, J.R. Anderson et B.T. Lahn au Howard Hughes Medical Institute à Chicago (Illinois); N. Mekel-Bobrov, P.D. Evans, E.J. Vallender, R.R. Hudson, S.L. Gilbert, J.R. Anderson et B.T. Lahn à la University of Chicago à Chicago (Illinois); S. A. Tishkoff à la University of Maryland, College Park à College Park (Maryland).

“A Human-Specific Gene in Microglia,” par T. Hayakawa, T. Angata, A.L. Lewis, N.M. Varki et A. Varki à la University of California at San Diego à La Jolla (Californie); T. S. Mikkelsen au Broad Institute of the Massachusetts Institute of Technology and Harvard University à Cambridge (Massachusetts).




: Sur le même thème...