Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

0000-00-00
Actualité médicale

Tags: immunosuppresseurs -  risque -  dommages -  ADN - 
Les immunosuppresseurs augmenteraient le risque de dommages à l’ADN - Actualité médicale
Les immunosuppresseurs augmenteraient le risque de dommages à l’ADN

Une nouvelle étude suggère une explication possible pour le taux élevé de cancer de la peau chez les récipiendaires d’une greffe d’organe.

Publicité

Une drogue, appelée azathioprine, souvent utilisée pour supprimer le système immunitaire de ces patients, semble augmenter la fréquence de mutations ADN causées par le rayonnement ultraviolet, au moins dans des cellules cultivées. Si ces résultats sont confirmés dans des études cliniques, les greffés en particulier devront faire attention d’éviter le rayonnement du soleil. Pour que l’azathioprine agisse comme immunosuppresseur, elle est convertie dans une forme qui est incorporée dans l’ADN. Dans des expériences sur des cellules cultivées, Peter O’Donovan et ses collègues montrent que lorsque la forme activée de l’azathioprine s’accumule dans l’ADN, l’exposition à de faibles doses de rayonnement ultraviolet A (UVA) augmente la fréquence de mutations. Ces mutations sont dues à la production d’un photoproduit qui échappe à la réparation de l’ADN. Une analyse préliminaire de patients ayant subi un traitement par azathioprine a révélé qu’ils sont anormalement sensibles aux rayonnements dans la gamme UVA. La dose de rayonnement UVA était environ équivalente à une exposition d’une ou deux minutes à midi en Angleterre au milieu de l’été.

Article écrit le 0000-00-00 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: immunosuppresseurs risque dommages ADN


Publicité

En savoir plus

Pour commander, citer l’article no 17 : “Azathioprine and UVA Light Generate Mutagenic Oxidative DNA Damage,” par P. O’Donovan, C.M. Perrett, X. Zhang, B. Montaner et P. Karran au Cancer Research UK London Research Institute à Hertfordshire (Royaume-Uni); X. Zhang et Y.-Z. Xu à The Open University à Keynes (Royaume-Uni); C.M. Perrett, C.A. Harwood et J.M. McGregor au Institute of Cell and Molecular Science, Barts, et à The London Queen Mary’s School of Medicine and Dentistry à Londres (Royaume-Uni); F. Hanaoka à RIKEN à Saitama (Japon).

Contact : Peter Karran par courriel à peter.karran@cancer.org.uk.




: Sur le même thème...