Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

0000-00-00
Actualité médicale

Tags: prions -  urine -  souris - 
Des prions dans l’urine de souris - Actualité médicale
Des prions dans l’urine de souris

Des souris infectées de prions et souffrant de maladies inflammatoires chroniques des reins se débarrassent de prions dans leur urine, annonce un groupe de scientifiques dans une nouvelle étude.

Publicité

Le prion est l’agent infectieux impliqué dans toute une gamme de maladies dégénératives du cerveau que l’on appelle collectivement encéphalopathies spongiformes transmissibles, y compris la maladie de la vache folle, la tremblante et la maladie de Creutzfeldt-Jakob. La découverte de prions dans l’urine de souris pourrait aider à répondre à une ancienne question, c’est-à-dire comment les moutons transmettent la tremblante les uns aux autres et comment les cerfs et les élans propagent une maladie à prions connexe, appelée maladie de dépérissement chronique. L’inflammation du rein et d’autres organes excréteurs serait un des cofacteurs responsables de la propagation de ces maladies à prions parmi les animaux qui ne sont pas susceptibles de manger d’aliment contaminé, d’après la nouvelle étude. Dans l’absence d’une inflammation du rein, ou si l’inflammation se trouve dans d’autres organes, les chercheurs travaillant en Suisse n’ont pas observé de prions dans l’urine – même chez des souris transgéniques qui surexpriment la protéine prion. Ils remarquent qu’il pourrait être important de vérifier les produits biopharmaceutiques dérivés de l’urine pour déterminer s’ils contiennent des prions.

Article écrit le 0000-00-00 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: prions urine souris


Publicité

En savoir plus

Pour commander, citer l’article no 20 : “Coincident Scrapie Infection and Nephritis Lead to Urinary Prion Excretion,” par H. Seeger, M. Heikenwalder, N. Zeller, J. Kranich, P. Schwarz, A. Gaspert, G. Miele et A. Aguzzi à l’Hôpital universitaire de Zürich à Zürich (Suisse); B. Seifert à l’Université de Zürich à Zürich (Suisse).




: Sur le même thème...