Publicité
Accueil > Actualité médicale > Neurologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

0000-00-00
Actualité médicale

Tags: anxiete -  cerveau -  souris - 
L’anxiété dans le cerveau des souris  - Actualité médicale
L’anxiété dans le cerveau des souris

L’anxiété chez les souris semble être contrôlée, au moins en partie, par des récepteurs de sérotonine dans la région supérieure du cerveau, annonce-t-on dans une nouvelle étude.

Publicité

Ces découvertes pourraient aider à mieux comprendre la neurochimie de l’anxiété, de la peur et de la dépression et mèneraient peut-être à des traitements médicamenteux ciblés pour l’anxiété, selon Noelia Weisstaub et ses collègues. Les chercheurs démontrent que des souris n’ayant pas de récepteurs pour le neurotransmetteur sérotonine ont un comportement moins anxieux et moins sujet à l’inhibition lorsqu’elles font face à des situations menaçantes comme naviguer un labyrinthe élevé ou manger de la nourriture dans un nouvel environnement. Toutefois, les comportements conditionnés à la peur et liés à la dépression n’ont pas été affectés. Rétablir la fonction des récepteurs dans le cortex du cerveau, mais non pas dans les régions sous-corticales, a mené à un état normal d’anxiété chez les souris. Cela pourrait suggérer que l’anxiété est déclenchée par des évaluations des risques produites dans la région du cerveau responsable du fonctionnement complexe, d’après les chercheurs.

Article écrit le 0000-00-00 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: anxiete cerveau souris


Publicité

En savoir plus

Pour commander, citer l’article no 18 : “Cortical 5-HT2a Receptor Signaling Modulate Anxiety-Like Behaviors in Mice,” par N.V. Weisstaub, M. Zhou, A. Lira, E. Sibille, M. Underwood, W.T. Dauer, M.S. Ansorge, E. Morelli, J.J. Mann, R. Hen et J.A. Gingrich à la Columbia University et au New York State Psychiatric Institute à New York (New York); E. Lambe et G. Aghajanian à la Yale University à New Haven (Connecticut); J. González-Maeso et S.C. Sealfon à la Mount Sinai School of Medicine à New York (New York); J.-P. Hornung à l’Université de Lausanne à Lausanne (Suisse); S. Itohara au Riken Brain Science Institute à Wako City (Japon); M. Toth au Cornell University Medical Center à New York (New York); E. Lambe à la University of Toronto à Toronto, Ontario (Canada); E. Sibille à la University of Pittsburgh à Pittsburgh (Pennsylvanie).