Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

0000-00-00
Actualité médicale

Tags: developpement -  parasite -  paludisme - 
Le développement du parasite responsable du paludisme - Actualité médicale
Le développement du parasite responsable du paludisme

La première de deux études sur le paludisme dans ce numéro de la revue Science démontre comment les parasites du paludisme se déplacent du foie jusque dans les globules rouges, une des étapes les plus importantes dans cycle biologique complexe de ce parasite, sans toutefois attirant l’attention du système immunitaire de l’hôte.

Publicité

Une fois qu’une personne ou un animal est piqué par un moustique infecté par le Plasmodium, les parasites entrent dans les cellules hépatiques et reproduisent de façon asexuée. Dans cette étape, ils s’appellent mérozoïtes. Les mérozoïtes se déplacent ensuite dans le courant sanguin et infectent des globules rouges. En ce lieu, ils ont continué à se multiplier de façon sexuée et asexuée, causant éventuellement la rupture des cellules sanguines, ce qui mène aux frissons et à la fièvre caractéristiques du paludisme. Angelika Sturm et ses collègues allemands, français et brésiliens ont déterminé que les mérozoïtes pénètrent dans les vaisseaux sanguins du foie en tuant d’abord les cellules hépatiques dans lesquelles ils se trouvent. Ils font ensuite détacher la cellule morte du tissu hépatique, passent à travers la paroi du vaisseau sanguin et se détachent, formant des compartiments remplis de parasites qui flottent dans le courant sanguin. Les parasites bloquent aussi l’expression de signaux moléculaires à la surface des cellules hépatiques mortes, évadant ainsi les cellules immunitaires de l’hôte qui consommeraient et détruiraient les cellules mortes.

Une deuxième étude suggère que le développement du parasite responsable du paludisme au stade hépatique dépend en partie d’un processus appelé « répression de la traduction », où les molécules d’ARN messager dans les cellules germinales femelles ne peuvent pas être traduites en protéines avant d’être activées après la fécondation. Un catalogue complet des protéines impliquées dans ce processus pourrait ouvrir de nouvelles perspectives sur le contrôle du paludisme, annoncent Gunnar Mair et ses collègues aux Pays-Bas et aux États-Unis. Tout en étudiant les mécanismes qui contrôlent l’expression génique pendant les stades sexuels des parasites Plasmodium, les auteurs ont découvert des enzymes appelées « hélicases », semblables à celles qui sont retrouvées dans d’autres eucaryotes, qui se lient à l’ARN messager de ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 0000-00-00 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: developpement parasite paludisme


Publicité

En savoir plus

Pour commander, citer l’article no 23 : “Manipulation of Host Hepatocytes by the Malaria Parasite for Delivery into Liver Sinusoids,” par A. Sturm, C. van de Sand, T. Regan, S. Retzlaff, A. Rennenberg, A. Krueger et V.T. Heussler au Bernhard Nocht Institute for Tropical Medicine à Hamburg (Allemagne); R. Amino et R. Menard à l’Institut Pasteur à Paris (France); J. Pollok au University Hospital Hamburg- Eppendorf à Hambourg (Allemagne).

Pour commander, citer l’article no 14 : “Regulation of Sexual Development of Plasmodium by Translational Repression,” par G.R. Mair, J.A.M. Braks, J.C.A.G. Wiegant, R.W. Dirks et S.M. Kahn au Leiden University Medical Centre à Leiden (Pays-Bas); L.S. Garver à la Johns Hopkins School of Public Health à Baltimore (Maryland); N. Hall à The Institute for Genomic Research (TIGR) à Rockville (Maryland).

Pour commander, citer l’article no 5 : “Timing the Sexual Development of Parasites,” par S.L. Hajduk au Josephine Bay Paul Center à Woods Hole (Massachusetts).




: Sur le même thème...