Publicité
Accueil > Actualité médicale > Psychiatrie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

0000-00-00
Actualité médicale

Tags: possible -  depression -  serotonine - 
Un lien possible entre la dépression et la sérotonine  - Actualité médicale
Un lien possible entre la dépression et la sérotonine

Une nouvelle étude pourrait aider à expliquer le lien, préconisé depuis longtemps, entre la dépression et les anomalies dans la signalisation de la sérotonine.

Publicité

De nouvelles découvertes révèlent des interactions entre la protéine du cerveau appelée p11 et le récepteur à la sérotonine 5-HT1B (sérotonine 1B) – un récepteur qui était associé à la dépression ainsi qu’au trouble obsessionnel-compulsif, à la toxicomanie, à l’anxiété, à l’agressivité et au sommeil. La protéine p11 augmente le nombre de récepteurs à la sérotonine 1B retrouvés à la surface des cellules, et la nouvelle étude propose non seulement que la p11 est une cause de la dépression, mais aussi qu’elle pourrait en constituer un traitement efficace, annonce Trevor Sharp, auteur d’une Perspective correspondante. Les chercheurs ont trouvé que la p11 est élevée dans le cerveau de rongeurs à qui l’on a donné des antidépresseurs, mais moins élevée dans un modèle animal de la dépression et dans le tissu du cerveau de personnes déprimés qui étaient morts récemment. De plus, les auteurs montrent que les souris « knock-out » p11 font preuve d’un comportement dépressif et qu’une augmentation dans la p11 est liée à un soulagement de la dépression.

Article écrit le 0000-00-00 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: possible depression serotonine


Publicité

En savoir plus

Pour commander, citer l’article no 11 : “Alterations in 5-HT1B Receptor Function by p11 in Depression- Like States,” par P. Svenningsson, I. Rachleff, M. Flajolet et P. Greengard à la Rockefeller University à New York (New York); K. Chergui et X. Zhang au Karolinska Institute à Stockholm (Suède); M. El Yacoubi et J.-M. Vaugeois an CNRS à Rouen (France); G.G. Nomikos à Eli Lilly and Company à Indianapolis (Indiana).

Pour commander, citer l’article no 2 : “A New Molecule to Brighten the Mood,” par T. Sharp à la University of Oxford à Oxford (Royaume-Uni).