Publicité
Accueil > Droit et Santé > Déontologie, Ethique médicale
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2007-11-06
Droit et Santé

Tags:
LES BONBONS
LES BONBONS" RICOLA" FACE A LA JUSTICE

Une action en justice a été intentée contre la marque de bonbons Ricola pour usure prématurée des dents. En effet, la veuve et le fils d'un habitant du Puy-de-Dôme, décédé en 2003, ont assigné en justice le distributeur français des bonbons suisses Ricola qu'ils accusent d'être responsables d'une usure prématurée et importante des molaires de leur époux et père. Ils reprennent la procédure introduite par le défunt.

Publicité

Dans cette affaire, le défunt, diabétique, avait arrêté de fumer et avait commencé en juin 2001 à manger plus d'un paquet de bonbons Ricola sans sucre par jour. Il se plaignait de ce que les bonbons avaient causé l’usure prématurée de ses dents : « Ses dents sont devenues aiguisées comme des lames et il se coupait sans cesse les gencives et à l'intérieur des joues », selon les propos de Me Sonia Signoret (AFP).

La veuve et le fils de cet amateur de bonbons, qui devait manger avec une paille en raison de l’usure de ses dents et est décédé en août 2003, réclament près de 100.000 euros de dommages-intérêts. L’affaire est en cours d’instruction devant le tribunal de Clermont-Ferrand.
Selon les plaignants, la consommation de ce produit aurait sérieusement aggravé la santé de cet homme diabétique. Il apparaît effectivement que l’acide citrique présent dans la composition du produit a eu un effet aggravant de son état dentaire.

Une expertise ordonnée en juillet 2002 par le tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand relève que l'ensemble des composants du bonbon Ricola est « d'une innocuité totale à l'exception de l'acide citrique dont l'effet déminéralisant des structures dentaires est bien connu ». Selon le rapport d’expertise, la consommation importante de bonbons est « un facteur aggravant qui a joué un rôle essentiel dans l'état bucco-dentaire » du demandeur. Celui-ci aurait été induit en erreur par la mention figurant sur la boîte et prônant « le respect de vos dents ».

Quant aux arguments de la société Solinest SA qui commercialise les bonbons Ricola en France, ils reposent sur une consommation excessive de bonbons, sachant que le défunt les engloutissait de manière continuelle. Il en était rapidement venu à ingurgiter plus d'un paquet par jour, soit environ 3 kgs ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2007-11-06 par Isabelle Corpart, maitre de conférences en droit privé à l'UHA, membre du Cerdacc
Source: http://www.jac.cerdacc.uha.fr/jac - Copyright: Cerdacc - La reproduction ou l'utilisation sous quelque forme que ce soit de nos articles ou informations est autorisée sous réserve de faire figurer leur origine.Accéder à la source


Publicité

En savoir plus