Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-12-07
Actualité médicale

Tags: humains -  cible -  toxine -  Shiga - 
Les humains ne sont pas la cible essentielle de la toxine Shiga - Actualité médicale
Les humains ne sont pas la cible essentielle de la toxine Shiga

Ils sont tout simplement dans le champ de mire.

Publicité

Washington, D.C. -- Si vous avez survécu à la toxine Shiga et aux effets différés d’un empoisonnement alimentaire, vous avez certainement été la victime innocente d'une lutte pour la survie entre un prédateur et sa proie.

La bactérie qui transporte un virus (un bactériophage) contenant le gène de la toxine Shiga (Stx) peut en dépendre pour se protéger des prédateurs bactériens tels le protozoaire cilié Tetrahymena. C’est un mince réconfort si vous venez de l’absorber.

On a toujours « rassuré » les victimes d'empoisonnements alimentaires -- à la suite, par exemple, de l'absorption du E.coli contenant la toxine Shiga dans un sachet d'épinards – en leur disant que toutes les bactéries communes ne rendaient pas les humains extrêmement malades, mais seulement les souches qui avaient introduit le gène du Shiga dans leur ADN. Ces bactéries peuvent produire de vastes quantités de toxine Shiga et la libérer dans son environnement proche.

Laissant un instant de côté les humains malades, Gerald Koudelka, Todd Hennessey, et leurs confrères de l’Université de Buffalo à Amherst, New York, se sont demandés quel avantage évolutionnaire la bactérie pouvait bien tirer du transport d’un auto-stoppeur viral aussi irritable. Ils ont alors soulevé l’hypothèse que le gène Stx pouvait servir de compensateur à la bactérie hôte contre les prédacteurs bactériens.

« Les humains peuvent ne pas être la cible principale de cette toxine, » explique Koudelka. « Ils sont plutôt pris entre les tirs croisés de cette lutte ancestrale entre la proie et ses prédateurs. »

Pour éprouver cette hypothèse, les chercheurs ont cultivé le Tetrahymène avec une souche E.coli (EDL933) porteuse du gène Stx. Cela a réussi, du moins, pour la souche EDL933 qui s’est développée dans les cultures conjointes avec le Tetrahymène. Dans cet environnement hostile, ce fut le prédateur, le Tetrahymène, qui fut ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2007-12-07 par American Society for Cell Biology - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com
Source: American Society for Cell Biology - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source

Mots clés: humains cible toxine Shiga


Publicité

En savoir plus

Paper titled, Shiga Toxin Toxicity and Resistance in Tetrahymena, will be presented at 12 noon to 1:30 p.m., Monday, Dec. 3.




: Sur le même thème...