Publicité
Accueil > Actualité médicale > Neurologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-12-21
Actualité médicale

Tags: convictions -  positives -  convictions -  negatives -  doutes -  activent -  differentes -  regions -  distinctes -  cerveau - 
Les convictions positives, les convictions négatives et les doutes activent différentes régions distinctes du cerveau - Actualité médicale
Les convictions positives, les convictions négatives et les doutes activent différentes régions distinctes du cerveau

La capacité de l’esprit humain à croire ou à réfuter une affirmation est une force puissante de contrôle du comportement et des émotions, mais la base de ces états du cerveau n’est toujours pas comprise. Une nouvelle étude a permis d’observer que les convictions positives, les convictions négatives et les doutes activaient certaines régions distinctes du cerveau, les convitions positives/négatives affectant des zones associées au plaisir/déplaisir des goûts et des odeurs. Cette étude sera publiée dans l’édition en ligne de Annals of Neurology (http://www.interscience.wiley.com/journal/ana), le journal officiel de l’American Neurological Association.

Publicité

Dirigée par Sam Harris, de l’Université de Californie à Los Angeles, cette étude a porté sur 14 adultes ayant subi une IRM fonctionnelle au cours de laquelle leur furent soumises de courtes affirmations auxquelles ils devaient répondre par ‘vrai’, ‘faux’ ou ‘ne sait pas’. Chaque participant a subi trois scanners tout en évaluant des affirmations portant sur une grande variété de sujets - mathématiques, géographie, informations personnelles, religion et informations factuelles. Ces affirmations avaient été rédigées de façon à ce que les participants répondent clairement ‘vrai’, ‘faux’ ou ‘ne sait pas’.

Les tests sur les convictions positives et négatives ont produit une augmentation du signal dans le cortex préfrontal ventral (VMPFC) qui relie les connaissances factuelles aux émotions. « L’implication du VMPFC dans le traitement des convictions positives induit un lien anatomique entre les aspects purement cognitifs de la croyance et les émotions et la gratification humaine," indiquent les auteurs. Le fait que les croyances éthiques aient présenté un même modèle d’activation que les croyances mathématiques indique que la différence physiologique entre les convictions positives et négatives n’est pas liée au contenu ni aux associations émotionnelles, observent-ils.

Les contrastes entre les convictions négatives et positives ont entraîné une augmentation dusignal dans l’insula antérieure, région associée au sens du goût, à la perception de la douleur et au sentiment de dégoût, ce qui indique que "de fausses affirmations peuvent en fait nous dégoûter", précisent les auteurs. « Nos résultats semblent s’inscrire dans le sens de la tonalité émotionnelle de la conviction négative, la plaçant en continu d’autres modes d’évaluation et de rejet des stimulu, » ajoutent-ils.

Le doute a suscité un signal positif dans le cortex cingulaire antérieur (CCA) et une baisse de signal dans le noyau caudé, région des noyaux centraux qui intervient dans l'action motrice. Observant que ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2007-12-21 par Wiley-Blackwell - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com
Source: Wiley-Blackwell - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source

Mots clés: convictions positives convictions negatives doutes activent differentes regions distinctes cerveau


Publicité

En savoir plus

Article : “Functional Neuroimaging of Belief, Disbelief, and Uncertainty,” Sam Harris, Sameer Sheth, Mark S. Cohen, Annals of Neurology, December 2007.