Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-01-03
Actualité médicale

Tags: Survie -  ecourtee -  lorsque -  Cancer -  Sein -  EP/RP -  Negatif -  propage -  cerveau - 
Survie écourtée lorsque le Cancer du Sein EP/RP Négatif se propage au cerveau - Actualité médicale
Survie écourtée lorsque le Cancer du Sein EP/RP Négatif se propage au cerveau

SAN ANTONIO — Deux études réalisées sur le site de la Mayo Clinic de Jacksonville, en Floride, auprès de femmes dont le cancer du sein s'est propagé au cerveau, ont révélé que les femmes dont les tumeurs ne disposent pas de récepteurs d'oestrogènes ou de progestérone produisent les plus mauvais résultats généraux. De ce fait, ces patientes doivent être traitées agressivement après un premier diagnostic afin d’éviter les métastases, affirment les chercheurs, qui ont présenté leurs conclusions lors du Symposium sur le Cancer du Sein, à San Antonio.

Publicité

Ces cancers incluent les tumeurs dites triples négatives — cancer qui ne présente pas de facteurs de croissance HER2 ni de récepteurs d’oestrogènes (ER) ou de progestérone (PR) - ainsi que les cancers HER2+ qui sont également ER/PR négatifs, indiquent les chercheurs de Mayo.

Cette étude est la première à étudier les différences en termes de métastases cérébrales entre les différents sous-types de cancer du sein. Dans l’une des études dirigées par Stephanie Hines, M.D., les chercheurs ont constaté que la survie moyenne, du diagnostic au décès, des femmes atteintes de tumeurs triples négatives avec métastases au cerveau était de 26 mois, contre 49 mois pour les femmes atteintes d’autres types de métastases du cancer du sein.

La seconde étude, dirigée par Laura Vallow, M.D., s’est seulement attachée aux tumeurs HER2+ propagées au cerveau, et a conclu que la survie moyenne du diagnostic initial au décès chez les patientes atteintes de tumeurs ER/PR- n’était que de 17,5 mois, contre 55 chez les femmes atteintes d’un cancer ER/PR+.

« Nous devons être conscients que ce type de cancer est à haut risque et nous devons tout faire pour éviter les métastases cérébrales, » déclare le Docteur Hines. « Les femmes atteintes d’un cancer du sein triple négatif bénéficieront de meilleurs résultats lorsque de nouveaux traitements pour ce type de cancer auront positivement été mis au point. »

Des thérapies ciblées existent pour les cancers ER/PR+ ou HER2+ avant qu’ils ne se propagent au cerveau. On dit qu’en théorie, l’Herceptine, qui traite le cancer HER2+, est trop générique pour briser la barrière sang-cerveau, et les patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif ou HER2+ ER/PR- ne disposent d’aucune thérapie ciblée. « Il est donc nécessaire, pour les tumeurs HER2+ et triples négatives, de disposer de traitements qui peuvent ...

Page suivante (2 / 4)

Article écrit le 2008-01-03 par Mayo Clinic - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com
Source: Mayo Clinic - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source

Mots clés: Survie ecourtee lorsque Cancer Sein EP/RP Negatif propage cerveau


Publicité

En savoir plus