Publicité
Accueil > Actualité médicale > Gériatrie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2008-01-31
Actualité médicale

Tags: risque -  chute -  neglige -  comme -  cause -  fractures -  personnes -  agees - 
Le risque de chute négligé comme cause majeure des fractures chez les personnes âgées  - Actualité médicale
Le risque de chute négligé comme cause majeure des fractures chez les personnes âgées

Changement d’attention dans la prévention contre les fractures de l’ostéoporose aux chutes.

Publicité

Selon un article publie cette semaine dans BMJ, le risque de chute chez les personnes âgées est souvent est souvent négligé, dans la tentative de les empêcher d’être atteintes de fractures sérieuses ; par exemple à la hanche ou au poignet.

Selon les auteurs finlandais, l’étude révèle qu’en cas de changement de l’attention vers le risque d’une personne à tomber, plutôt que de voir si elles sont atteintes d’ostéoporose, plusieurs fractures chez les personnes âgées pourraient être évitées. Néanmoins, plusieurs publications importantes négligent complètement la chute comme facteur de risque et celle-ci est très peu reconnue et évaluée par les médecins.

Dr Jarvinen et ses collègues indiquent que les méthodes actuelles de prévention des fractures sont très limitées. Ainsi, l’individu est examiné pour voir s’il est atteint d’ostéoporose et est traité ensuite en conséquence à l’aide de médicaments. Pourtant, le test qui détermine l’atteinte d’une personne comprend un défaut. Il évalue la densité des minéraux dans l’os (BMD) et peut souvent surestimer ou sous-estimer cette densité. La BMD est donc un faible indice de la possibilité d’une personne à être atteinte d’une fracture et n’à donc que peu de valeur diagnostique pour le GP.

Le cout d’utilisation des médicaments afin de prévenir les fractures chez les personnes âgées est extrêmement haut. Par exemple, les chercheurs calculèrent que 577 femmes en post-ménopause devraient être traitées à l’aide de médicaments pour l’ostéoporose (appelés bisphosphonates) pendant 1 an afin d’éviter une fracture de la hanche, et pour un cout de £120,000. Parmi une population à haut risque (femmes de plus de 80 ans), pour qui la prévention par médicaments devraient théoriquement être les plus efficace, la prévention d’une fracture de la hanche coute près de £28,500. Pourtant, 80% des fractures de la hanche auront quand même lieu.

Les auteurs ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2008-01-31 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: BMJ-British Medical Journal - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source

Mots clés: risque chute neglige comme cause fractures personnes agees


Publicité

En savoir plus