Publicité
Accueil > Actualité médicale > Biologie clinique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-03-05
Actualité médicale

Tags: methodes -  reveler -  cibles -  pharmacologiques -  Etude -  interactions -  proteines -  echelle -  globale - 
Nouvelles méthodes pour révéler les cibles pharmacologiques - Etude des interactions entre les protéines à l’échelle globale - Actualité médicale
Nouvelles méthodes pour révéler les cibles pharmacologiques - Etude des interactions entre les protéines à l’échelle globale

Les scientifiques de la Wellcome Trust Sanger Institute ont développé une nouvelle méthode à grande échelle visant à identifier les interactions entre les protéines représentant des cibles importantes pour l’intervention thérapeutique. La nouvelle méthode peut identifier les interactions faibles et de courte durée caractérisant les réactions cellulaires aux signaux environnementaux ou corporels. Les protéines présentes à la surface des cellules forment les cibles de plusieurs médicaments et sont principaux dans plusieurs processus de régulation cellulaire, tels que certaines thérapeutiques du cancer, le diabète et la croissance. L’équipe espère que cette méthode mettra à jour plusieurs interactions importantes invisibles aux méthodes de détection actuelles.

Publicité

Plusieurs protéines agissent entant qu’interrupteurs moléculaires, réagissant aux signaux et activant des gènes spécifiques ou des processus cellulaires particuliers. Utilisant des astuces biochimiques afin d’augmenter les chances de détecter les interactions fugaces et faibles, mais potentiellement importantes, les scientifiques décrivent 17 nouvelles paires d’interactions entre les cellules mammaliennes.

"Si le génome est le code de la vie, les interactions protéiniques représentent le système de communication – l’internet de nos corps," expliqua Dr Gavin Wright, sous-chercheur à la Wellcome Trust Sanger Institute. "Le défi auquel nous faisons face est que les méthodes actuelles ne peuvent ni détecter efficacement les interactions à l’endroit ou débute la communication: la surface des cellules, ni détecter les interactions fugaces et faibles.

"Notre nouvelle méthode transforme la recherche à grande échelle pour ces interactions importantes."

Contrairement au séquençage de l’ADN, ou les méthodes sont communes pour tous les organismes, il n’y à pas eu d’approche commune convenant globalement à toutes les interactions protéines-protéines. La nouvelle méthode, appelée AVEXIS, devrait être applicable aux interactions ayant lieu sur les surfaces de cellules dans plusieurs organismes.

Les cibles pharmacologiques sont souvent de protéines présentes à la surface de la cellule, vu qu’elles sont facilement accessibles aux médicaments, contrairement aux protéines inclues dans les cellules. Malheureusement, le catalogue actuel des interactions protéiniques connues ne prit pas en compte ces protéines, simplement car il n’existe pas de méthode efficace pour les examiner. En effet, une large série de cibles cliniquement importantes sont invisibles à la recherche.

"AVEXIS noue permet de réduire la chasse aux interactions protéiniques cliniquement et biologiquement importantes," poursuivit Dr Wright. "Ces interactions ressemblent au Velcro® - chaque crochet ne peut se lier que faiblement, mais, ensemble, ils auraient un effet considérable. Nous avons augmenté la force en rassemblant les protéines, tel qu’un minuscule ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2008-03-05 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Wellcome Trust Sanger Institute - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source

Mots clés: methodes reveler cibles pharmacologiques Etude interactions proteines echelle globale


Publicité

En savoir plus

Bushell KM et al. (2008) Large scale screening for novel low affinity extracellular protein interactions. Genome Research, published online 22 February 2008
(http://www.genome.org/)
DOI: http://dx.doi.org/10.1101/gr.7187808