Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-03-11
Actualité médicale

Tags: Tumeur -  maligne -  kyste -  benin -  chercheur -  Women -  Infants’/Alpert -  Medical -  School -  affirme -  tests -  combinaison -  permettre -  identifier -  risques -  developpement -  cancer -  ovaire -  diagnostic -  traitement -  precis - 
Tumeur maligne ou kyste bénin? :Un chercheur de la Women & Infants’/Alpert Medical School affirme que des tests de combinaison pourraient permettre d'identifier les risques de développement du cancer de l'ovaire, pour un diagnostic et un traitement plus précis  - Actualité médicale
Tumeur maligne ou kyste bénin? :Un chercheur de la Women & Infants’/Alpert Medical School affirme que des tests de combinaison pourraient permettre d'identifier les risques de développement du cancer de l'ovaire, pour un diagnostic et un traitement plus précis

Les résultats d'une étude présentée aujourd'hui lors de la 39e rencontre annuelle sur les cancers de la femme de la Society of Gynecologic Oncology offre un développement prometteur en vue d'une meilleure gestion du cancer de l'ovaire. Les chercheurs affirment que le fait de rechercher chez les patientes potentielles, la présence, dans le sang, d'une combinaison de protéines ou de marqueurs biologiques nommés HE4 et CA 125, pourrait permettre de prévoir les risques de développer ce type de cancer surnommé le "tueur silencieux". Il n'existe actuellement aucun test de diagnostic préventif adapté pour le cancer de l'ovaire.

Publicité

“Un kyste ou une tumeur ovarienne sera diagnostiquée chez environ 20% des femmes au cours de leur vie, alors que le cancer de l'ovaire ne sera décelé que chez un faible pourcentage d'entre elles,” a déclaré Richard Moore, M.D., responsable des chercheurs, professeur assistant à la Warren Alpert Medical School of Brown University, oncologue gynécologue parcipant au programme sur l'oncologie féminine du Women & Infants’ Hospital de Rhode Island. “Le problème est que les méthodes actuelles de distinction entre les tumeurs ovariennes bénignes et les tumeurs malignes sont limitées. Par conséquent,faute d'avoir bénéficié au préalable d'une évaluation détaillée des risques qu'elles encourent de développer le cancer de l'ovaire, les femmes doivent subir des interventions chirurgicales.”

Le Dr. Moore fait remarquer que moins de la moitié des patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire subissent une intervention chirurgicale réalisée par un oncologue gynécologue ou par un chirurgien spécialisé. “L'objectif de nos recherches est de procéder à une identification préventive des patientes présentant un risque élevé de développer ce type de cancer, afin qu'elles puissent bénéficier de soins appropriés assurés par un spécialiste.”

Actuellement, le CA 125 est l'unique test sanguin de dépistage préventif et de gestion clinique de la maladie. Ce test ne permet cependant pas, à lui seul, de détecter le cancer de l'ovaire, ce qui encourage les chercheurs à rechercher les combinaisons de marqueurs biologiques. Cette année, le Dr. Moore a publié, dans le journal d'Oncologie gynécologique, les résultats d'une étude-pilote basée sur l'évaluation de neuf marqueurs biologiques potentiels et sur la capacité d'exploiter des combinaisons multiples en vue de la prévention du cancer de l'ovaire. Ses travaux ont montré que la combinaison du HE4 et du CA 125 était la plus efficace de toutes.

Lors d'un essai clinique multicentre prospectif en double aveugle, le Dr. Moore ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2008-03-11 par Women & Infants’/Alpert Medical School
Source: Stern + Associates - Women & Infants’/Alpert Medical School Accéder à la source

Mots clés: Tumeur maligne kyste benin chercheur Women Infants’/Alpert Medical School affirme tests combinaison permettre identifier risques developpement cancer ovaire diagnostic traitement precis


Publicité

En savoir plus

À propos de Fujirebio Diagnostics, Inc.

Fujirebio Diagnostics, Inc. est une grande société de produits diagnostiques et le leader de l'industrie dans le domaine des essais par biomarqueurs. Fujirebio Diagnostics est spécialisée dans la mise au point clinique, la fabrication et la commercialisation de produits diagnostiques in-vitro pour la prise en charge des états de maladies humaines, notamment en oncologie. Fujirebio Diagnostics est une des sociétés du groupe Miraca Holdings Inc. au Japon, établie en juillet 2005 à la suite de la fusion de Fujirebio Inc., le leader en matière de produits diagnostiques in-vitro, et de SRL, Inc., le plus grand prestataire de services d'essais de laboratoire clinique au Japon. Fujirebio Diagnostics dispose d'un réseau de distribution international qui permet aux médecins et aux patients d'accéder à ses produits diagnostiques. Pour de plus amples renseignements sur Fujirebio Diagnostics, veuillez appeler le 610-240-3800 ou vous rendre sur le site www.fdi.com.

A propos du Women & Infants Hospital

Women & Infants Hospital de Rhode Island, un hôpital Care New England, est l'un des meilleurs hôpitaux spécialisés des Etats-Unis pour femmes et nouveaux-nés. Principal membre affilié de l'enseignement de la The Warren Alpert Medical School of Brown University en obstétrique, gynécologie et pédiatrie des nouveaux-nés, Women & Infants est le neuvième service d'obstétrique du pays, réalisant plus de 9.000 accouchements par an. En 2003, Brown University et Women & Infants ont été nommés Centre National d'Excellence en santé de la femme par le Département d'Etat américain de la Santé et des Services humains. Women & Infants a été nommé l'un des meilleurs hôpitaux gynécologiques des Etats-Unis en 2000, 2001 et 2004 dans le U.S. News & World Report. Pour plus d'informations à propos du Women & Infants, veuillez visiter le sitewww.womenandinfants.org.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.