Publicité
Accueil > Actualité médicale > Anesthésie, Réanimation
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2006-06-08
Actualité médicale

Tags: effet -  jet-lag -  anesthesies - 
Un effet de « jet-lag » induit par les anesthésies générales ? - Actualité médicale
Un effet de « jet-lag » induit par les anesthésies générales ?

9 millions d'anesthésies générales sont pratiquées chaque année en France. Bien que les produits utilisés soient aujourd'hui éliminés très rapidement, de nombreux patients se plaignent de troubles du sommeil et d'une grande fatigue pouvant persister jusqu'à cinq jours. Grâce à une mise en commun de compétences en chronobiologie(1) et en modélisation des problématiques de l'anesthésie, des chercheurs de l'Inserm et du CNRS à Strasbourg démontrent pour la première fois qu'une anesthésie par propofol perturbe l'horloge interne cérébrale et induit un effet de type décalage horaire. Ces travaux sont publiés dans Neuropsychopharmacology.

Publicité

9 millions d'anesthésies générales sont pratiquées chaque année en France. Bien que les produits utilisés soient aujourd'hui éliminés très rapidement, de nombreux patients se plaignent de troubles du sommeil et d'une grande fatigue pouvant persister jusqu'à cinq jours. Grâce à une mise en commun de compétences en chronobiologie(1) et en modélisation des problématiques de l'anesthésie, des chercheurs de l'Inserm et du CNRS à Strasbourg démontrent pour la première fois qu'une anesthésie par propofol perturbe l'horloge interne cérébrale et induit un effet de type décalage horaire. Ces travaux sont publiés dans Neuropsychopharmacology.
Les progrès réalisés en matière d'anesthésie ont permis d'assurer un maximum de sécurité pour les patients au bloc opératoire. Les recherches actuelles s'intéressent désormais aux conséquences désagréables de l'anesthésie et visent essentiellement à l'amélioration de la qualité dans ce domaine.

Ainsi, l'élimination plus rapide des produits utilisés permet aux patients de limiter leur séjour à l'hôpital, voire pour quelque 30% d'entre eux de bénéficier d'anesthésies en ambulatoire, c'est-à-dire sans hospitalisation.

Pourtant, un grand nombre de patients se plaignent encore d'une mauvaise qualité de sommeil, de troubles de l'attention, d'épisodes de somnolence et d'une fatigue inexpliquée les jours suivant une anesthésie générale. Des symptômes qui surviennent même lorsque l'anesthésie est de courte durée (20 à 30 minutes) et ne s'accompagne pas de geste chirurgical (coloscopie par exemple). Ces perturbations qui persistent jusqu'à 5 jours après l'anesthésie limitent une reprise rapide des activités familiales et/ou professionnelles et peuvent provoquer des incidents du fait de troubles de l'attention.

Dès 2001, l'équipe de Laure Pain (Inserm/Hôpitaux universitaires de Strasbourg), suggérait un éventuel effet perturbateur de l'anesthésie sur les rythmes circadiens (qui régulent sur 24 heures l'alternance veille-sommeil), voire une action directe de l'anesthésie sur l'horloge biologique interne cérébrale (structure cérébrale qui régule ces rythmes). Après quelques études expérimentales pilotes menées chez le rat, ...

Page suivante (2 / 4)

Article écrit le 2006-06-08 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: effet jet-lag anesthesies


Publicité

En savoir plus