Publicité
Accueil > Actualité médicale > Hématologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-04-15
Actualité médicale

Tags: etude -  Yale -  revele -  jusqu’à -  quel -  point -  genes -  rares -  affectent -  pression -  sanguine - 
Une étude de Yale révèle jusqu’à quel point les gènes rares affectent la pression sanguine - Actualité médicale
Une étude de Yale révèle jusqu’à quel point les gènes rares affectent la pression sanguine

New Heaven, Conn. – Les chercheurs à Yale University ont signalé aujourd’hui dans la revue Nature Genetics avoir découvert que de rares variantes génétiques peuvent être associées a la réduction considérable du risque de développer l’hypertension parmi la population générale.

Publicité

Le fait que de rares mutations puissent, ensembles, jouer un rôle important dans le développement de maladies complexes, bien que répandues, telles que l’hypertension, comporte également des implications pour le diagnostique et le traitement de maladies telles que le diabète et la schizophrénie.

L’équipe de chercheurs fut dirigée par Richard Lifton (http://www.med.yale.edu/bcmm/RPL/index.html), Président du Department of Genetics et Professeur de génétique et de médecine interne à Yale, et Daniel Levy, Directeur du National Heart, Lung and Blood Institute's Framingham Heart Study.

Les scientifiques analysèrent des échantillons d’ADN prélevés sur 3125 personnes qui participèrent à la Framingham Heart Study, un sondage épidémiologique de longue durée qui mena à des informations inestimables concernant les causes des cardiopathies.

Ils décidèrent d’étudier l’impact sanitaire de 3 gènes régulant le traitement du sel dans les reins et dont on sait qu’ils causent une dangereuse hypotension lorsqu’ils sont hérités à partir de deux copies défectueuses (une de chaque parent). Les chercheurs supposèrent que les personnes ne portant qu’une seule copie défectueuse courent moins de risque d’être atteints d’hypertension.

Le groupe de Lifton constata que 2% des sujets portaient une copie défectueuse de l’un des trois gènes. Ces individus avaient en général une pression sanguine moyenne et 60% moins de risque de développer l’hypertension d’ici l’âge de 60 ans, par rapport à la population générale.

Une des questions majeures dans le domaine de plusieurs maladies chroniques concerne le fait de savoir si le risque de développer une maladie est plus étroitement lié à des mutations rares ou communes. Des études récentes ont démontré que, pour plusieurs maladies, les variantes génétiques communes ne peuvent expliquer qu’une fraction minime dur risque encouru par un individu de développer la maladie. Dans le cas de l’hypertension, par exemple, de larges études sur le génome n’ont jusqu’actuellement observé aucune ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2008-04-15 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Yale University - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source

Mots clés: etude Yale revele jusqu’à quel point genes rares affectent pression sanguine


Publicité

En savoir plus