Publicité
Accueil > Actualité médicale > EXPLORATIONS
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-04-15
Actualité médicale

Tags: enrichissement -  environnemental -  reduire -  utilisation -  cocaïne -  constatent -  chercheurs - 
L’enrichissement environnemental peut réduire l’utilisation de cocaïne, constatent les chercheurs  - Actualité médicale
L’enrichissement environnemental peut réduire l’utilisation de cocaïne, constatent les chercheurs

WINSTON – SALEM, N.C – D’après une nouvelle recherche portant sur les singes a Wake Forest University School of Medicine, l’enrichissement environnemental simple et l’augmentation du stresse social peuvent tous deux affecter le niveau de consommation de drogue individuel.

Publicité

Des recherches précédentes avaient révélé que le rang social – si les animaux sont dominants ou subordonnés à l’intérieur de leur groupe social – peut affecter la quantité de cocaïne que les singes consomment d’eux-mêmes. Rassemblés par groupes de 4, les singes males de cynomolgus seront invariablement classés par rang social, du plus dominant au plus subordonné.

Une fois exposés à la cocaïne et ayant appris à s’administrer la drogue, les animaux les plus subordonnés sont de loin plus enclins à se lancer dans l’abus de drogues, à la manière humaine, que les animaux les plus dominants. La recherche a révélé des différences parmi certaines produits neurochimiques dans le cerveau des animaux, tous aussi prédisant que résultant du rang social, et donc comme prédicatrices d’abus de drogue.

Par conséquent, l’enrichissement environnemental supplémentaire ou le stresse accru affecteraient-ils l’auto-administration de cocaïne ?

La réponse est oui, selon un rapport présenté le 6 avril par un chercheur de Wake Forest, Michael A. Nader, Docteur en médecine, à Expérimental Biology 2008 à San Diego. La présentation faisait partie du programme de l’American Society for Pharmacology and Experimental Therapeutics (ASPET).

Nader et ses collègues travaillèrent avec un groupe de 24 macaques de cynomolgus qui étaient déjà classés socialement. Dans un but d’enrichissement environnemental, les singes furent placés dans des cages plus grandes que la normale durant trois jours. Pour plus de stresse, ils furent placés à cote d’un autre groupe social durant 15 minutes, agissant entant qu’intrus par rapport à ce groupe.

Les singes furent ensuite offerts leur choix habituel de mélange de cocaïne intraveineux ou de pelletées de nourriture.

L’enrichissement réduisit la réaction aux drogues chez tous les animaux ; toutefois, l’effet nocif du stresse – plus de consommation de drogue, moins de nourriture – se faisait plus sentir ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2008-04-15 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Wake Forest University Baptist Medical Center - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

Nader’s co-researchers were Paul W. Czoty, Ph.D., Nicholas R. Garrett, B.S., Michelle Icenhower, B.S., Jennifer E. Campbell, B.S., and Robert Gould, B.S., all of the Wake Forest Department of Physiology and Pharmacology.