Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-05-14
Actualité médicale

Tags: integration -  informations -  genetiques -  facteurs -  risque -  cancer -  sein -  aiderait -  raffiner -  pronostic - 
L’intégration d’informations génétiques aux facteurs de risque du cancer du sein aiderait à raffiner le pronostic  - Actualité médicale
L’intégration d’informations génétiques aux facteurs de risque du cancer du sein aiderait à raffiner le pronostic

D’après une étude parue dans l’édition du 2 avril de JAMA, l’incorporation d’informations génétiques, connues sous le nom de signatures de l’expression génétique, aux facteurs de risque cliniques, et d’autres, du cancer du sein, aiderait à raffiner les évaluations de la survie sans rechute et de la réaction prévue à la chimiothérapie.

Publicité

« L’apparition de la technologie génomique dans l’analyse des prélèvements de tumeurs humaines a aujourd’hui ajouté une source supplémentaire d’informations afin de contribuer aux décisions cliniques et pronostiques. En particulier, le développement de profiles génomiques qui évaluent avec précision le risque de récurrence fait espérer que ces informations définiront plus spécifiquement les résultats cliniques pour ce qui est du cancer du sein. La dimension et la complexité de telles données fournissent l’opportunité de révéler des tendances cliniquement valides pouvant distinguer des phénotypes subtiles [manifestations physiques] que les méthodes traditionnelles sont incapables de détecter, » écrivent les auteurs. Peu d’études ont examiné la valeur d’intégrer les information génomiques aux facteurs de risque cliniques traditionnels afin de fournir une estimation plus détaillée des risques cliniques et une meilleure prédiction de la réaction à la thérapie.

Chaitanya R. Acharya, M.S, de la Duke Institute for Génome Sciences and Policy, Duke University, Durham, N.C, et ses collègues menèrent une étude visant à déterminer la valeur de l’incorporation des informations génomiques aux facteurs de risque pathologiques et cliniques afin de raffiner le pronostic et d’améliorer les stratégies thérapeutiques destinées aux premières phases u cancer du sein. L’étude porta sur des patientes atteintes d’un cancer du sein en phases primaires qui étaient candidates à la chimiothérapie complémentaire ; 964 prélèvements de tumeurs mammaires furent utilisés. Tous les patients furent notés sur leur risque de rechute, en fonction de leurs caractéristiques clinico-pathologiques respectives. Des tests génétiques furent effectués et les signatures d’expression génétique (profiles caractéristiques) furent appliquées à ces prélèvements afin d’obtenir des patterns de dérèglement qui correspondent aux scores de risque de rechute, pour raffiner le pronostic uniquement à l’aide du modèle de pronostic clinico-pathologique. Les prédicateurs de la réaction chimiothérapeutique furent également appliqués dans le but de mieux caractériser l’hétérogénéité cliniquement pertinente (diversité) durant les ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2008-05-14 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: JAMA and Archives Journals - Accéder à la source

Mots clés: integration informations genetiques facteurs risque cancer sein aiderait raffiner pronostic


Publicité

En savoir plus

Editorial: Usage des signatures génétiques pour améliorer l’estimation du risque du Cancer

Dans un éditorial d’accompagnement, Chiang-Ching- Huang, Docteur en Médecine,et Docteur Markus Bredel, Docteur en Médecine, de la Feinberg School of Medicine, Northwestern University, à Chicago, écrivent que ces résultats sont prometteurs.

« Par définition, l’étude d’Acharya et ses collègues démontre la valeur potentielle de l’usage des signatures génétiques à base de microarray afin de raffiner les résultats de prédiction. […] En essayant d’adapter l’estimation du risque, ces chercheurs se tiennent à l’écart des prédicateurs méta-génétiques purs et tournent leur attention vers les gènes ayant une implication mécaniste dans le cancer du sein. Etant donné que ces gènes représentent des cibles potentielles de thérapies moléculaires spécifiques, cette approche constitue un progrès dans le cadre changeant de la cancérologie, vers une prise en charge individualisée des patients. »