Publicité
Accueil > Actualité médicale > Biologie clinique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-05-26
Actualité médicale

Tags: souris -  detectent -  oxygene -  travers -  peau - 
Les souris détectent l’oxygène à travers leur peau  - Actualité médicale
Les souris détectent l’oxygène à travers leur peau

D’après de nouveaux travaux publiés dans l’édition du 18 Avril de la revue Cell, une publication de Cell Press, les souris seraient capables de détecter l’oxygène à travers leur peau.

Publicité

Cette étude montre en fait que la peau joue un rôle majeur dans la détection du taux d’oxygène dans l’environnement, mais aussi en stimulant la production par les reins de l’érythropoïétine (EPO) lors de la chute des concentrations en oxygène. L’EPO est une hormone qui augmente la production de globules rouges qui sont responsables du transport et de la distribution de l’oxygène à travers le corps via le système circulatoire.

Si les résultats obtenus chez la souris sont applicables à l’homme, alors cette découverte pourrait permettre le développement de nouvelles thérapies pour le traitement d’anémies et d’autres maladies qui affectent le nombre de globules rouges. Cela pourrait également avoir des implications pour les athlètes qui s’entraînent parfois en haute altitude, ou dans des tentes à faible concentration en oxygène, afin d’augmenter le taux d’EPO et le nombre de globules rouges, indique Randall Johnson de l’University of California, San Diego.

« Le fait que la peau puisse jouer un rôle dans la détection de l’oxygène chez les mammifères est une surprise » indique Johnson.

Bien sûr, ajoute-t-il, personne n’aurait été surpris d’une telle découverte chez la grenouille. Les amphibiens sont connus depuis longtemps pour respirer au travers de leur peau. Ces nouveaux résultats suggèrent donc que le rôle de la peau pour la détection de l’oxygène est ancien et a été conservé chez les mammifères.

« Lorsque nous avons cherché les canaux ioniques impliqués dans le processus au niveau de la peau de grenouille — qui sont également présents dans les poumons des mammifères — nous avons trouvé ces mêmes canaux présents dans la peau de la souris, » indique-t-il. « Personne n’avaient jamais regardé. »

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont créé des souris déficientes, spécifiquement au niveau de leur peau, pour l’un des facteurs de transcription inductible par l’hypoxie (HIF-1a). Les facteurs HIFs sont les premiers ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2008-05-26 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Cell Press - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source

Mots clés: souris detectent oxygene travers peau


Publicité

En savoir plus

Researchers include Adam T. Boutin, Molecular Biology Section, Division of Biological Sciences, UC San Diego, La Jolla, CA; Alexander Weidemann, Molecular Biology Section, Division of Biological Sciences, UC San Diego, La Jolla, CA; Zhenxing Fu, Departments of Medicine, Pediatrics, and Pathology, UC San Diego School of Medicine, La Jolla, CA; Lernik Mesropian, Molecular Biology Section, Division of Biological Sciences, UC San Diego, La Jolla, CA; Katarina Gradin, Karolinska Institute, Stockholm, Sweden; Colin Jamora, Molecular Biology Section, Division of Biological Sciences, UC San Diego, La Jolla, CA; Michael Wiesener, University of Erlangen, Erlangen, Germany; Kai-Uwe Eckardt, University of Erlangen, Erlangen, Germany; Cameron J. Koch, University of Pennsylvania Medical School, Philadelphia, PA; Lesley G. Ellies, Departments of Medicine, Pediatrics, and Pathology, UC San Diego School of Medicine, La Jolla, CA; Gabriel Haddad, Departments of Medicine, Pediatrics, and Pathology, UC San Diego School of Medicine, La Jolla, CA; Volker H. Haase, University of Pennsylvania Medical School, Philadelphia, PA; M. Celeste Simon, University of Pennsylvania Medical School, Philadelphia, PA; Lorenz Poellinger, Karolinska Institute, Stockholm, Sweden; Frank L. Powell, Departments of Medicine, Pediatrics, and Pathology, UC San Diego School of Medicine, La Jolla, CA; and Randall S. Johnson, Molecular Biology Section, Division of Biological Sciences, UC San Diego, La Jolla, CA.