Publicité
Accueil > Actualité médicale > EXPLORATIONS
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-06-04
Actualité médicale

Tags: Etude -  medecins -  savent -  toujours -  traitement -  diabetiques - 
Etude: les médecins ne savent pas toujours quand traiter la TA chez les diabétiques - Actualité médicale
Etude: les médecins ne savent pas toujours quand traiter la TA chez les diabétiques

Même lorsque la tension est élevée, l’incertitude provient de normes ambigües, de demandes compétitives et de problèmes de santé imbriqués, observe une étude d’U-M/VA.

Publicité

ANN ARBOR, Mich. – Pour les personnes atteintes du diabète, l’hypertension constitue un risque particulier, multipliant leur risque de crises cardiaques, d’accidents cérébrovasculaires et de problèmes rénaux.

Mais une nouvelle étude a observé que même lorsque les diabétiques se présentent chez leur médecin avec une pression artérielle élevée, ils n’y a que 50% de chance que chacun reçoive de l’attention pour ce problème. Ceci voudrait dire un changement de leurs médicaments ou un plan de suivi pendant quelques semaines pour voir si leur TA est toujours élevée.

Qu’arrive-t-il dans l’autre 50% ? Un phénomène dénommé par d’autres « inertie clinique » prend le dessus, indiquent les chercheurs de l’University of Michigan Health System and VA Ann Arbor Healthcare System, qui dirigèrent l’étude qui paru dans l’édition du 20 mai des Annals of Internal Medicine.

On craint que ce manque de réaction aux mesures de l’hypertension durant les visites à la clinique n’aboutisse à l’aggravation de la TA des patients.

L’étude a examiné les causes possibles de l’inertie clinique et trouvé très peu de preuves soutenant l’hypothèse que les prestataires « ignorent » les problèmes de tension artérielle.

Ce qui affecte vraiment les décisions de traitement est la traditionnelle incertitude autour du fait que la TA soit vraiment élevée, ou que les médecins soient occupés par d’autres problèmes médicaux. Ils devraient donc passer plus de temps au cours des visites à s’occuper de problèmes plus urgents, dont certains, tels que la douleur, contribueraient à l’hypertension. Ils pourraient, également, effectuer une seconde mesure et conclure qu’il n’est pas nécessaire d’agir, ou les patients pourraient eux-mêmes signaler que leur pression, mesurée à la maison, est correcte.

Des directives plus systématiques pour surveiller la TA chez les diabétiques et une meilleur assistance visant à changer le traitement lorsque la tension s’élevé excessivement, sont nécessaires ...

Page suivante (2 / 5)

Article écrit le 2008-06-04 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: University of Michigan Health System - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source

Mots clés: Etude medecins savent toujours traitement diabetiques


Publicité

En savoir plus

In addition to Kerr and Hofer, the researchers include Brian Zikmund-Fisher, Ph.D., Mandi Klamerus, MPH, Usha Subramanian, M.D., M.S., and Mary M. Hogan, Ph.D., RN. Funding for the study came from the VA, and from the Michigan Diabetes Research and Training Center. Reference: Annals of Internal Medicine, May 20, 2008, Vol. 148, No. 10.