Publicité
Accueil > Revue de presse > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité
2008-06-09
Revue de presse

Tags: etude clinique -  Phase II -  Galiximab -  Rituximab -  lymphome nodulaire -  conference internationale -  maladie de Hodgkin - 
Les données de l’étude clinique de Phase II portant sur le Galiximab en association avec le Rituximab chez les patients avec un lymphome nodulaire non traité ont été présentées à la conférence internationale sur la maladie de Hodgkin  - Revue de presse
Les données de l’étude clinique de Phase II portant sur le Galiximab en association avec le Rituximab chez les patients avec un lymphome nodulaire non traité ont été présentées à la conférence internationale sur la maladie de Hodgkin

LUGANO, Swisse--Le « Cancer and Leukemia Group B (CALGB) » a annoncé aujourd'hui que les données de l'étude clinique de phase II démontrant que 70 pourcent de patients avec un lymphome nodulaire non traité répondent au traitement avec le galiximab, un anti-corps monoclonal anti-CD80 sous étude, lorsqu’il est administré en association avec le rituximab. Parmi les 61 patients de cette étude, 44 pourcent ont présenté une réponse complète et 26 pourcent ont présenté une réponse partielle. Les données ont été présentées au 10ème conférence internationale sur la maladie Hodgkin (ICML).

Publicité

Les résultats de cette étude ouverte suggèrent que l’addition du galiximab au rituximab constitue un traitement prometteur pour les patients avec un lymphome nodulaire (LN), un type courant de lymphome non-Hodgkin (LNH), et que d'autres études sont nécessaires. L’objectif de cette étude coordonnée par le CALGB est de déterminer le taux de réponse globale (TRG) et le temps jusqu’à la progression de la maladie après traitement avec un régime constitué d'une association de galiximab et du rituximab. Cependant, il est encore tôt pour évaluer le paramètre temps jusqu’à la progression.

« La plupart des patients souffrant de lymphomes non-Hodgkin reçoivent le rituximab, soit comme traitement unique ou en association avec la chimiothérapie, » a déclaré le Dr. Myron Czuczman, médecin au Roswell Park Cancer Institute, qui est la chercheuse principale de cette étude. « Maintenant, de nouveaux agents « biologiques » sont sous étude, en association, pour étudier l’efficacité des thérapies à double anticorps en tant qu’alternatifs potentiels aux régimes basés sur la chimiothérapies. »

Les patients inclus dans cette étude ont été diagnostiqués avec un LN positif au CD20 mais n’ont jamais reçu de traitement pour la maladie. Les patients de l'étude ont reçu du galiximab plus le rituximab, en même temps, une fois par semaine pendant quatre semaines et ensuite tous les deux mois pendant les huit mois suivants. Ce programme « d’induction étendue » a été choisi en fonction des résultats d'une étude Suisse (SAKK) précédente qui utilisait le même programme avec comme agent unique le rituximab. Treize pourcent des patients ont rapporté un effet indésirable de grade 3 ; aucune toxicité de grade 4 n’a été associée avec ce traitement immunothérapeutique combinatoire.

Galiximab est un anticorps monoclonal anti-CD80 qui a été étudié en tant qu’agent unique dans des LN déjà traités et en ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2008-06-09 par The Cancer and Leukemia Group B
Source: Business wire


Publicité

En savoir plus

À propos du Lymphome Non-Hodgkin

On estime à 360 000 le nombre d’américains souffrant du LNH et plus de 58 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Environ 85 pourcent de tous les cas de LNH impliquent des cellules immunitaires anormales appelées les cellules B. Parmi les patients diagnostiqués avec un LNH, environ 30 pourcent ont une forme de la maladie à croissance lente mais incurable (grade bas), et la forme la plus commune est le lymphome nodulaire (LN). Même si le LN progresse lentement, la durée moyenne de survie est de sept à dix ans. En outre, la rechute n’est pas rare et moins de la moitié des patients avec un LN qui sont en rechute survivront plus de cinq ans. Environ 31 pourcent de ceux diagnostiqué avec le LNH ont le DLBCL, un sous-type à croissance plus rapide de LNH qui se multiplie et se répand rapidement dans le corps, et s'il n’est pas traité, peut s’avérer mortel.

À propos du CALGB

Le Cancer and Leukemia Group B (CALGB) est un groupe de recherche clinique national commandité par le National Cancer Institute, avec son bureau central au University of Chicago et son centre statistique au Duke University. Le CALGB a été fondé en 1956 avec le but de réunir les oncologues et les chercheurs de laboratoire afin de développer de meilleurs traitements pour le cancer. Depuis 1956, CALGB s'est transformé en un réseau national de 26 centres médico-universitaires, dans plus de 225 hôpitaux communautaires et plus de 3000 oncologues spécialistes collaborent dans des études de recherche clinique avec pour but de réduire la mortalité et la morbidité liées au cancer, en faisant le lien entre les caractéristiques biologiques des cancers et les résultats cliniques et le développement de nouvelles stratégies pour la détection précoce et la prévention du cancer.