Publicité
Accueil > Actualité médicale > Maladies virales
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-06-27
Actualité médicale

Tags: Malgre -  vaccin -  public -  devrait -  devenir -  passif -  face -  affections -  pneumocoques - 
Malgré le vaccin, le public ne devrait pas devenir passif face aux affections à pneumocoques   - Actualité médicale
Malgré le vaccin, le public ne devrait pas devenir passif face aux affections à pneumocoques

Bien que le vaccin conjugué antipneumococcique de l’enfance ait réduit considérablement l’incidence des infections invasives à pneumocoques (IIP), le public et la communauté médicale ne devraient pas devenir passifs, vu que des souches sans vaccin, dont certaines résistent aux antibiotiques, sont en hausse, ont indiqué des scientifiques au cours d’une réunion tenue à Boston.

Publicité

« Nous possédons un vaccin qui a dramatiquement réduit le fardeau des infections à pneumocoques. Il cible 7 souches de la bactérie responsable de 90% des cas d’infections à pneumocoques sévères. Bien que ce soit de bonnes nouvelles, nous devons nous inquiéter des souches de remplacement qui arrivent pour les remplacer, » estime Keith Klugman d’Emory University, s’adressant à l’assemblée de la 108e réunion générale de l’American Society for Microbiology.

Le Streptococcus pneumoniae, également appelé pneumococcus, constitue l’une des causes les plus communes de pneumonie bactérienne et d’infections mortelles de la circulation sanguine aux Etats-Unis. Il peut aussi provoquer une méningite bactérienne chez les enfants et les adultes. Dans sa forme la moins sévère, il aboutit généralement à une otite. La bactérie Pneumococcus colonise les nez d’un grand nombre de personnes sans causer d’infections. La cause pour laquelle elle envahit soudain le corps et provoque des maladies demeure inconnue.

Un vaccin contre les maladies à pneumocoques est disponible pour les adultes et les enfants âgés de plus de 2 ans depuis les années 80, mais en 2000, un nouveau vaccin, dénommé PCV7, fut approuvé par la FDA pour les enfants de moins de 5 ans.
Depuis l’introduction du PCV7, les Centers for Disease Control and Prévention (CDC) signala un déclin considérable du taux d’IIP parmi toutes les catégories d’âge, mais l’incidence d’IPP causées par des souches non inclues dans le vaccin augmenta de 40%. La souche sans-vaccin la plus prévalente est la 19A.

« Le vaccin PCV7 contenait la souche 19F, similaire à la 19A. On espérait que cela assurerait un certain niveau de protection contre la 19A. Mais cela ne semble pas être le cas, » déclara Klugman.

Ce qui est plus inquiétant est l’apparition d’infections 19à résistantes à plusieurs antibiotiques. Klugman prévient que la prise inutile d’antibiotiques provoque le ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2008-06-27 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: American Society for Microbiology - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source

Mots clés: Malgre vaccin public devrait devenir passif face affections pneumocoques


Publicité

En savoir plus