Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-07-21
Actualité médicale

Tags: Predire -  resultats -  cliniques -  patientes -  atteintes -  cancer -  sein -  chercheurs -  CUSM -  identifient -  genes - 
Prédire les résultats cliniques des patientes atteintes d'un cancer du sein : Les chercheurs du CUSM identifient de nouveaux gènes. - Actualité médicale
Prédire les résultats cliniques des patientes atteintes d'un cancer du sein : Les chercheurs du CUSM identifient de nouveaux gènes.

Montréal - Pas un jour ne passe sans une nouvelle histoire sur l'environnement. Bien que nous pensions souvent à l'environnement à l'échelle planétaire, les cellules de notre sont elles aussi soumises à des facteurs environnementaux. Les nouvelles résultats d'une équipe de chercheurs de l'Institut de recherche du CUSM et de l'université McGill démontrent que l'environnement des cellules mammaires cancéreuses joue un rôle déterminant dans le développement et la migration des cellules tumorales, ou au contraire dans leur disparition. Cette étude est la première à identifier les gènes responsables de ce contrôle environnemental et à les mettre en relation avec l'évolution de l'état de santé du patient. Ces découvertes sont publiées dans le numéro de Nature Medicine de cette semaine.

Publicité

" Une tumeur n'est pas viable seule. Elle doit être soutenue et nourrie par les différents types de cellules qui l'entourent, c'est-a-dire son microenvironnement, " déclare Morag Park, dernière auteure et directrice du groupe d'oncologie moléculaire de l'Institut de recherche du CUSM. " Au début de cette étude, nous n'avions que très peu d'informations sur l'importance du microenvironnement dans l'initiation et la progression du cancer. Nous savons maintenant que cet environnement est déterminant ; les patients présentent tous des microenvironnements tumoraux différents au niveau génétique. Nos découvertes démontrent que le profil génétique de ces différents microenvironnements peut être utilisé afin de prédire les résultats cliniques - positifs ou négatifs. "

La Dr. Park, professeure d'oncologie, de biochimie et de médecine à l'université McGill, et son équipe ont analysé des tissus prélevés sur 53 patientes atteintes d'un cancer du sein. Ils ont utilisé une technique de pointe : la microdissection par capture laser, afin de séparer les cellules tumorales du tissu du microenvironnement. Ils ont ensuite comparé l'expression génique dans les tissus issus du microenvironnement tumoral, à celle de tissus témoins, grâce à la technique des " micro-array ". Sur plusieurs milliers de gènes au départ, seuls 163 ont été identifiés comme ayant un impact sur l'évolution de la santé des patientes. L'absence de métastase et de migration des cellules tumorales étant considérée comme une évolution positive alors qu'une absence de réaction au traitement était considérée comme une évolution négative.

Sur les 163 gènes initiaux, l'équipe a ensuite identifié un panel de 26 gènes plus spécifiques, et utilisables pour prévoir de façon précise les résultats cliniques. Ce profil de 26 gènes spécifiques, appelé " marqueur pronostique dérivé du stroma " (MPDS), a été utilisé pour prédire les résultats cliniques au sein d'un second groupe de patientes atteintes d'un cancer ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2008-07-21 par Relations publiques et Communications, CUSM
Source: Université McGill Accéder à la source

Mots clés: Predire resultats cliniques patientes atteintes cancer sein chercheurs CUSM identifient genes


Publicité

En savoir plus

L'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR CUSM) est un centre de recherche de réputation mondiale dans le domaine des sciences biomédicales et des soins de santé. Établi à Montréal, au Québec, il constitue la base de recherche du CUSM, centre hospitalier universitaire affilié à la Faculté de médecine de l'Université McGill. L'Institut compte plus de 600 chercheurs, près de 1 200 étudiants diplômés et postdoctoraux et plus de 300 laboratoires de recherche consacrés à un large éventail de domaines de recherche, fondamentale et clinique. L'Institut de recherche est à l'avant-garde des connaissances, de l'innovation et de la technologie. La recherche de l'Institut est étroitement liée aux programmes cliniques du CUSM, ce qui permet aux patients de bénéficier directement des connaissances scientifiques les plus avancées.
L'Institut de recherche du CUSM est soutenu en partie par le Fonds de la recherche en santé du Québec.
Pour de plus amples renseignements, consulter l'adresse www.cusm.ca/research.

À propos de l'Université McGill
Principale université canadienne à forte intensité de recherche, l'Université McGill s'est forgé une réputation mondiale au titre de ses travaux savants et de ses découvertes scientifiques. Fondée en 1821, McGill compte 21 facultés et écoles professionnelles qui offrent plus de 300 programmes, du baccalauréat au doctorat. L'Université attire des professeurs et des chercheurs renommés du monde entier et des étudiants exceptionnels de plus de 150 pays, ce qui lui donne l'un des corps étudiants les plus dynamiques et les plus diversifiés de toute l'Amérique du Nord. Environ 23 000 étudiants de 1er cycle et 7 000 étudiants de 2e et 3e cycles y sont inscrits. Elle est l'une des deux seules universités canadiennes à faire partie de l'Association américaine des universités. Ses deux campus sont situés à Montréal, au Canada. www.mcgill.ca