Publicité
Accueil > Bonne pratique du Médicament > afssaps
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-08-04
Bonne pratique du Médicament

Tags:
Tendances à propos de la consommation d’héroïne en France  - Bonne pratique du Médicament
Tendances à propos de la consommation d’héroïne en France

Les systèmes d’observation relatifs aux drogues et à leurs usages en France font apparaître plusieurs tendances alarmantes concernant l’héroïne. En effet, divers éléments témoignent d’évolutions inquiétantes quant à son utilisation et à la perception de sa dangerosité.

Publicité

Ces éléments sont développés dans les deux derniers rapports du dispositif TREND (Tendances récentes et nouvelles drogues) de l’OFDT à partir d’une diversité de sources de données dont certaines sont issues de l’Afssaps et de l’InVS : Il est constaté :

- Une augmentation continue de la consommation, non seulement parmi les personnes habituellement usagères d’opiacés mais aussi, parmi des populations peu familières de ces produits. Ces consommateurs sont majoritairement jeunes et plutôt insérés socialement.

- Des modes d’usage plus variés et plus complexes : l’usage par voie nasale (sniff) apparaît aujourd’hui en nette augmentation, avec une poly-consommation (usage de plusieurs produits en association ou successivement) très fréquente. Cependant, le recours à l’injection intraveineuse et sous-cutanée particulièrement à risque (transmissions virales telles que VIH et hépatites, endocardite bactérienne, candidose, etc.) existe toujours, avec une proportion importante de réutilisation de la seringue, de partage de celle-ci ainsi que du petit matériel (cupule, eau, coton….). (Etude Coquelicot, InVS-ANRS, 2004)
Une banalisation croissante du produit essentiellement en milieu festif « techno » où son usage est de plus en plus accepté et visible, sans perception réelle de sa dangerosité. Dans ce milieu, certains usagers consommeraient l’héroïne pour « gérer la descente » (fin des effets) des stimulants, mais aussi pour rechercher ses effets spécifiques (« flash »).

- Au moins un quart des personnes qui fréquentent le milieu festif « techno » alternatif ou commercial a expérimenté l’héroïne.

- Près d’une sur 10 en a pris au cours du mois précédent (Enquête dite « quanti festif, OFDT / GVRS, publiée en 2007)
Enfin, un manque de connaissance des nouveaux usagers quant aux risques encourus , aux pratiques de réduction des risques et, parfois à la nature même du produit consommé (celui-ci circulant parfois sous d’autres noms, notamment le terme « rabla »), ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2008-08-04 par Afssaps
Source: Afssaps Accéder à la source


Publicité

En savoir plus