Publicité
Accueil > Vie de l'Hôpital : actus > CHU Montpellier
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-11-05
Vie de l'Hôpital : actus

Tags: CHU Montpellier - 
CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS, SWISS VACCINE RESEARCH INSTITUTE ET INSTITUT GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE MONTPELLIER:  - Vie de l'Hôpital :  actus
CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS, SWISS VACCINE RESEARCH INSTITUTE ET INSTITUT GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE MONTPELLIER:

UNE ETUDE FAIT LA LUMIERE SUR LES MECANISMES DE L’AUGMENTATION DU RISQUE D’INFECTION PAR LE VIH LORS DE L’ETUDE STEP D’UN VACCIN CONTRE LE VIH - DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LA RECHERCHE VACCINALE -

Publicité

LAUSANNE, Suisse & MONTPELLIER, France--Une étude publiée en ligne aujourd’hui dans The Journal of Experimental Medicine fait la lumière sur les mécanismes potentiellement à l’origine de l’augmentation de la susceptibilité à l’infection par le VIH observée lors de l’essai clinique d’un vaccin contre le VIH (étude STEP) qui a échoué en 2007. Cette étude montre, par le biais d’un modèle expérimental in vitro, que les complexes formés par les anticorps et par le vecteur adénoviral (sorte de cheval de Troie utilisé pour délivrer le contenu du vaccin) induisent un signal fort qui active des cellules clés du système immunitaire, les cellules dendritiques. Celles-ci sont responsables du déclenchement de la réponse immunitaire de type cellulaire, et notamment de la mobilisation des cellules T CD4, principales cibles du VIH. Le résultat final de cette activation immunitaire cellulaire est la production d’un large réservoir de cellules T CD4, principales cibles du VIH.

Cette étude est le résultat d’une collaboration entre des scientifiques de l’Institut de Génétique Moléculaire de Montpellier, Université Montpellier I & II, Montpellier, France, du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV) et de l’Institut Suisse de Recherche sur les Vaccins, Université de Lausanne, Lausanne, Suisse.

L’étude vaccinale STEP, qui consistait à tester un vaccin contre le VIH basé sur un vecteur adénovirus sur 3000 volontaires, séronégatifs pour VIH mais à haut risque de contamination, a été suspendue prématurément l’année dernière. Les principaux objectifs de cette étude consistaient à évaluer les effets du vaccin sur i) la diminution de la susceptibilité à l’infection par le VIH, et ii) la réduction de la charge virale en cas d’infection. L’étude STEP a été interrompue faute d’efficacité du vaccin et parce que le taux d’infection était 2 fois supérieur parmi les sujets vaccinés préalablement exposés à l’adénovirus au cours d’une infection naturelle et ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2008-11-05 par CHUV/ISRV Montpellier - Institut de Génétique Moléculaire de Montpellier
Source: Business wire Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

Notes :

Un vaccin est une préparation constituée de micro-organismes qui, une fois introduits dans le corps, vont apprendre à notre organisme à se défendre en induisant une réponse immunitaire contre le pathogène visé. Un vaccin efficace contre le VIH devrait aussi bien être capable d’induire une réponse humorale (par la production d’anticorps pouvant neutraliser le virus) que de stimuler le bras cellulaire de la réponse immunitaire. Certains vaccins expérimentaux utilisent des vecteurs viraux atténués, basés sur l’adénovirus ou d’autres virus, comme cheval de Troie pour délivrer le matériel qui doit induire une réponse immunitaire dans l’organisme. Dans le cas de vecteurs basés sur l’adénovirus, les personnes qui ont été préalablement en contact avec ce virus au cours d’infections naturelles ont déjà développé des anticorps, ce qui peut donner des réactions immunitaires inattendues lors de vaccination avec un vaccin basé sur ce vecteur.