Publicité
Accueil > Actualité médicale > Maladies parasitaires
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-12-04
Actualité médicale

Tags: chercheur -  McGill -  quete -  cure -  maladie -  parasitaire -  defigurante - 
Un chercheur de McGill en quête d'une cure pour une maladie parasitaire défigurante - Actualité médicale
Un chercheur de McGill en quête d'une cure pour une maladie parasitaire défigurante

Manger au restaurant est une activité banale dans les pays développés. Mais pour Louisette Pouliot, une travailleuse humanitaire canadienne, le simple fait de prendre une bouchée dans un restaurant extérieur d'Ouagadougou, capitale du Burkina Faso en Afrique, a eu d'importantes répercussions sur sa vie et sa santé.

Publicité

« J'étais à Ouagadougou à l'automne 2006 et je mangeais sur la terrasse des restaurants sans avoir d'insecticide sur moi, se rappelle-t-elle. Et je me suis assise au moins une fois à proximité d'une piscine qui contenait probablement de l'eau contaminée. »

Quand Mme Pouliot est rentrée à Montréal, au Québec, en 2007, elle a découvert qu'elle avait contracté la leishmaniose, une maladie parasitaire dévastatrice, défigurante et potentiellement mortelle qui est transmise par les insectes. Les quatre lésions de trois centimètres de long qui étaient apparues sur ses jambes ont résisté à un premier traitement médicamenteux oral prescrit par le Centre des maladies tropicales de l'Université McGill. Elle a finalement dû se faire injecter un puissant médicament chimiothérapeutique pendant 30 jours d'affilée pour venir à bout de l'infection.

« Les effets secondaires du médicament étaient affreux, dit-elle. J'étais tellement courbaturée que je marchais comme une petite vieille.»

La leishmaniose est endémique en Afrique et dans d'autres régions du monde en développement. Comme tant d'autres maladies tropicales négligées, elle est difficile à traiter. Selon Armando Jardim, Ph. D., de l'Institut de parasitologie de l'Université McGill, il n'y a que quelques médicaments efficaces et ils ont des effets secondaires graves. En outre, on s'interroge sur leur efficacité future.

« Les médicaments eux-mêmes sont extrêmement toxiques, explique M. Jardim. Dans certaines parties du monde, on commence à observer une résistance aux médicaments. Il est donc urgent de trouver de nouvelles catégories de molécules pour traiter la leishmaniose.»

M. Jardim et un groupe de collègues de l'Université McGill et de l'Université de Victoria en Colombie-Britannique sont sur la piste d'une toute nouvelle approche dans le traitement de la leishmaniose et des maladies connexes comme la maladie du sommeil et la maladie de Chagas, selon une étude publiée dans le Journal of Biological Chemistry. Ils ciblent plus ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2008-12-04 par McGill University
Source: McGill University Accéder à la source

Mots clés: chercheur McGill quete cure maladie parasitaire defigurante


Publicité

En savoir plus

À PROPOS DE L'UNIVERSITÉ McGILL

Fondée à Montréal, au Québec, en 1821, l'Université McGill se classe comme chef de file parmi les universités canadiennes. McGill compte deux campus, 11 facultés, 10 écoles professionnelles, 300 programmes d'études et au-delà de 33 000 étudiants, originaires de 160 pays. L'Université accueille au-delà de 6 200 étudiants étrangers, qui composent près de 20 pour cent de sa population étudiante. Près de la moitié de ses étudiants ont une langue maternelle autre que l'anglais - dont 6 000 francophones.