Publicité
Accueil > Revue de presse > Gilead Sciences
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité
2009-02-12
Revue de presse

Tags: Gilead Sciences - 
Gilead présente des données montrant l’activité d’amplification pharmacocinétique du GS 9350 - Revue de presse
Gilead présente des données montrant l’activité d’amplification pharmacocinétique du GS 9350

Les données de la Phase I encouragent le développement d’un régime de combinaison à dose fixe contenant le GS 9350, Elvitegravir et Truvada® pour le traitement du VIH/SIDA.

Publicité

MONTRÉAL--Gilead Sciences, Inc. (Nasdaq:GILD) a annoncé aujourd’hui les données et résultats précliniques de deux études de phase I sur le GS 9350, un composé de recherche actuellement développé comme agent pharmaceutique d’amélioration potentielle (« d’amplification ») permettant d’augmenter les niveaux sanguins et autorisant une dose unique par jour pour certains médicaments, comprenant l’inhibiteur d’intégrase VIH potentiel de Gilead, l’elvitegravir. Ces données suggèrent que le GS 9350 a une capacité d’amplification pharmaceutique significative et sélective, aucune activité antivirale à l’encontre du VIH et des propriétés biologiques in vitro différentiées par comparaison avec le ritonavir, aujourd’hui le seul médicament utilisé pour amplifier certains traitements contre le VIH comprenant des inhibiteurs de protéase. Les résultats de l’étude montrent également que le GS 9350 amplifie effectivement l’elvitegravir quand les deux médicaments sont dosés en un régime d’un seul comprimé à dose fixe complet avec le Truvada® (emtricitabine 200 mg et ténofovir disoproxil fumarate 300 mg). Ces données ont été présentées aujourd’hui au cours d’une session orale à la 16e Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI) à Montréal (Abrégé n° N-121).

« Ces données représentent la première étape majeure du développement clinique par Gilead d’un nouveau régime à base d’intégrase, en un seul comprimé pour une prise unique par jour, pour le VIH », a déclaré le docteur Norbert Bischofberger, vice-président directeur, service Recherche et développement et cadre supérieur scientifique chez Gilead Sciences. « Les résultats indiquent également que le GS 9350 est prometteur comme alternative autonome au ritonavir pour les patients recevant des traitements à base d'inhibiteurs de protéase HIV amplifiés. »

L’agent d’amplification est utilisé pour augmenter les niveaux sanguins de certains médicaments antirétroviraux prescrits pour traiter le VIH. Gilead développe le GS 9350 pour obtenir un dosage unique par jour pour l’elvitegravir, actuellement en cours d’évaluation ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2009-02-12 par Gilead Sciences, Inc.
Source: Business wire

Mots clés: Gilead Sciences


Publicité

En savoir plus

Résultats précliniques

Les données in vitro présentées à la Conférence CROI ont montré que le GS 9350 n’a aucune activité anti-VIH à des concentrations allant jusqu’à 90 μM. Ces données suggèrent également que le GS 9350 est un inhibiteur plus spécifique du cytochrome humain P450 3A (un enzyme crucial qui métabolise les médicaments dans le corps) que le ritonavir. De plus, le GS 9350 a montré des effets réduits sur les adipocytes (les cellules qui jouent un rôle dans la synthèse et le stockage des graisses) comparé au ritonavir, ne comprenant aucune inhibition de l’accumulation des lipides dans les adipocytes à 30 μM et moins de 10 pour cent d’inhibition de la reprise de glucose stimulée par insuline à 10 μM. On pense que l’interférence avec la fonction des adipocytes est impliquée dans certains désordres métaboliques associés aux thérapies antirétrovirales, comme des niveaux élevés de triglycérides (graisse) dans le sang et une insulinorésistance (hyperglycémie).

À propos des études de phase I du GS 9350

Étude GS-216-0101

Cette étude de phase I à double insu et double placebo a évalué la sécurité, la tolérabilité, la pharmacocinétique et la capacité d’amplification du GS 9350 par rapport au ritonavir 100 mg sur des volontaires en bonne santé sur une période de 14 jours. Des doses uniques et multiples de trois niveaux de dose du GS 9350 (50, 100 et 200 mg une fois par jour) ont été évaluées sur des cohortes séparées comprenant chacune 18 patients évaluables. Dans chaque cohorte, les sujets ont été répartis au hasard pour recevoir le GS 9350 (n=12), le ritonavir 100 mg (n=3) ou le placebo (n=3). Les participants à l’essai ont aussi reçu oralement du midazolam, au début de l’étude et à la prise du médicament étudié, en tant que composé d’essai standard afin d’évaluer les propriétés d’amplification.

Les doses de GS 9350 de 100 mg et 200 mg ont inhibé la clairance du midazolam de 92 pour cent et 95 pour cent, respectivement, comparés aux 95 pour cent pour la dose de 100 mg de ritonavir, ce qui est une démonstration de bien-fondé clinique du GS 9350 comme amplificateur pharmacocinétique chez les humains.

Les doses uniques comme multiples de GS 9350 ont été bien tolérées. Un événement indésirable de niveau 3 associé au médicament (mauvaise coordination) s’est produit chez un participant à l’essai pendant l’administration de doses multiples de GS 9350 100 mg. Aucun participant aux essais n’a développé d’anomalie de laboratoire de niveau 3 ou 4 ni d’événement indésirable de niveau 4 associés au médicament.

Étude GS-236-0101

Cet essai ouvert, partiellement aléatoire, adaptatif de phase I a évalué la biodisponibilité, la pharmacocinétique et la sécurité relatives d’un régime en un comprimé à dose fixe contenant de l’elvitegravir 150 mg, du GS 9350 et du Truvada sur des volontaires en bonne santé (n = 44). Deux versions de ce régime de combinaison à dose fixe ont été évaluées : l’une contenant du GS 9350 100 mg et l’autre contenant du GS 9350 150 mg. Le profil pharmacocinétique de l’elvitegravir, lorsqu’il est dosé comme partie du régime à comprimé unique, a été comparé au profil de l’elvitegravir amplifié par du ritonavir 100 mg et par les composants du Truvada (emtricitabine 200 mg et ténofovir disoproxil fumarate 300 mg).

Dans cette étude, les doses de 100 mg comme de 150 mg de GS 9350 ont effectivement amplifié l’elvitegravir administré comme partie du régime à dose fixe. La dose de GS 9350 de 150 mg a résulté en une pharmacocinétique de l’elvitegravir aux niveaux ciblés sur la base de l’amplification par le ritonavir, y compris le maintien des concentrations élevées appropriées. De plus, l’étude a vérifié l’obtention des expositions nécessaires des agents du Truvada suite à l’administration du régime à dose fixe contenant l’elvitegravir, le GS 9350 et le Truvada comparé à l’administration individuelle de l’emtricitabine plus le ténofovir disoproxil fumarate.

Tous les traitements observés ont été bien tolérés. Un seul participant a interrompu l’essai avec une anomalie de laboratoire associée au médicament de niveau 3 (niveau de sérum glutamo-oxaloacétique transaminase élevé dans le foie) qui fut considéré comme un événement indésirable. Aucune autre anomalie de laboratoire ni aucun événement indésirable de niveau 3 ou 4 associés au médicament n’ont été observés.

À propos du GS 9350

Le GS 9350 est un puissant inhibiteur mécanique du cytochrome P450 3A (CYP3A), une enzyme qui métabolise les médicaments dans le corps. L’objectif de Gilead est de développer et commercialiser un amplificateur pharmacocinétique qui n’a pas d’activité sur le VIH, peut être administré une fois par jour sous forme solide et est stable à température ambiante, pour pouvoir être formulé conjointement avec l’elvitegravir et le Truvada en un seul comprimé. Gilead examine également le rôle potentiel du GS 9350 dans l’amplification des inhibiteurs de protéase du VIH disponibles commercialement qui sont utilisés dans de nombreux traitements contre le VIH. Le GS 9350 est une thérapie de recherche et n’a pas encore fait la preuve de sa sécurité et de son efficacité sur les humains.

À propos de l’Elvitegravir

L’elvitegravir est un inhibiteur d’intégrase du VIH. À la différence des autres classes d’agents antirétroviraux, les inhibiteurs d’intégrase interfèrent avec la réplication du VIH en bloquant la capacité du virus à s’intégrer dans le matériel génétique des cellules humaines. L’elvitegravir, connu également sous les noms de GS 9137 ou JTK 303, a été cédé à Gilead par Japan Tobacco Inc. (JT) en mars 2005. D’après les termes de l’accord entre Gilead et JT, Gilead possède les droits exclusifs de développement et de commercialisation de l’elvitegravir dans tous les pays du monde sauf le Japon, où JT conserve les droits. L’elvitegravir est une thérapie de recherche et n’a pas encore fait la preuve de sa sécurité et de son efficacité sur les humains.

Informations importantes sur le Truvada

Le Truvada, une combinaison de Emtriva® et de Viread®, est indiqué en combinaison avec d’autres agents antirétroviraux (tels que les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse ou les inhibiteurs de protéase) pour le traitement de l’infection par le VIH-1 chez les adultes.

Il n’est pas recommandé d’utiliser Truvada comme composant d’un régime nucléosidique triple.

Le Truvada ne doit pas être administré conjointement aux Atripla, Emtriva, Viread, ou aux produits contenant du lamivudine, y compris les Combivir® (lamivudine/zidovudine), Epivir® ou Epivir-HBV® (lamivudine), Epzicom® (abacavir sulfate/lamivudine) ou Trizivir® (abacavir sulfate/lamivudine/zidovudine). Chez les patients habitués au traitement, l’utilisation de Truvada doit être soumise à des essais en laboratoire et inclure un historique des traitements.

Des acidoses lactiques et des hépatomégalies sévères avec stéatose, comprenant des cas mortels, ont été reportées suite à l’utilisation d’analogues nucléosidiques seuls ou en combinaison avec d’autres antirétroviraux.

Le Truvada n’est pas approuvé pour le traitement de l’infection par le virus de l’hépatite B chronique (HBV) et la sécurité et l’efficacité du Truvada n’ont pas été établies chez les patients co-infectés par les virus HBV et VIH-1. De sévères exacerbations aiguës de l’hépatite B ont été reportées chez des patients co-infectés par les virus HBV et VIH-1 et ayant supprimé l’Emtriva ou le Viread, les composants du Truvada. La fonction hépatique doit être étroitement surveillée par un suivi clinique et de laboratoire pendant au moins plusieurs mois chez les patients co-infectés par les virus HBV et VIH-1 et ayant supprimé le Truvada. Le cas échéant, l’initiation d’une thérapie anti-hépatite B peut se justifier.

Il est important que les patients soient conscients que les médicaments anti-VIH contenant du Truvada ne soignent pas l’infection par le VIH ni le SIDA et ne réduisent pas le risque de transmission du VIH à d’autres personnes.

L’Emtricitabine et le ténofovir sont éliminés principalement par les reins. Une déficience rénale, y compris les cas d’insuffisance rénale aiguë et de syndrome de Fanconi (blessure tubulaire rénale avec hypophosphatémie sévère), a été reportée associée à l’utilisation de Viread, un composant du Truvada. Il est recommandé de calculer la clairance de la créatinine chez tous les patients avant d’initier une thérapie au Truvada et de manière cliniquement appropriée au cours de la thérapie. Une surveillance régulière de la clairance de la créatinine et du sérum phosphoreux calculés doit être effectuée chez les patients présentant un risque d’insuffisance rénale. Le réglage des intervalles de dosage et une étroite surveillance de la fonction rénale sont recommandés chez tous les patients ayant une clairance de créatinine de 30 à 49 ml/min. Le Truvada ne doit pas être administré aux patients ayant une clairance de créatinine < 30 mL/min ou aux patients sous hémodialyse.

L’administration conjointe du Truvada avec des médicaments qui sont éliminés par sécrétion tubulaire active peut augmenter les concentrations d’emtricitabine, ténofovir, et/ou du médicament coadministré. Les médicaments qui affaiblissent la fonction rénale peuvent augmenter les concentrations d’emtricitabine et/ou de ténofovir.

Aucune étude d’interaction n’a été conduite sur le Truvada. La notice américaine avertit que la coadministration de Truvada et de didanosine doit être entreprise avec précaution. Les événements indésirables associés à la didanosine doivent être étroitement surveillés et la didanosine doit être interrompue si de tels événements se produisent. Les événements indésirables associés au Truvada doivent être surveillés chez les patients sous atazanavir et lopinavir/ritonavir plus Truvada et le Truvada doit être interrompu si de tels événements se produisent. Quand il est coadministré avec le Truvada, il est recommandé de donner l’atazanavir avec du ritonavir 100 mg. L’atazanavir sans ritonavir ne doit pas être administré conjointement au Truvada.

La diminution de la densité minérale osseuse (BMD) au niveau de la colonne lombaire et des hanches a été constatée suite à l’utilisation de Viread. L’effet à long terme sur la santé des os et les risques de fracture est inconnu. Des cas d’ostéomalacie (avec acidose tubulaire rénale) ont été reportés en association avec l’utilisation de Viread.

Des changements dans les graisses du corps ont été observés chez les patients prenant des médicaments anti-VIH. Le mécanisme et les effets à long terme sur la santé de ces changements sont inconnus. Le syndrome de reconstitution immunitaire a été reporté chez des patients traités avec une thérapie en combinaison comprenant le Viread et l’Emtriva.

Les réactions indésirables les plus communes (incidence ≥ 10 %, toutes gravités) et/ou dues au traitement (Niveau 2 à 4, chez ≥ 5 % des patients) s’étant produites au cours de l’étude 934 sur 144 semaines comprennent des diarrhées, nausées, fatigue, sinusites, infections des voies respiratoires supérieures, rhino-pharyngites, maux de tête, vertiges, dépression, insomnies, rêves étranges et érythèmes. Une décoloration de la peau a été reportée avec une fréquence plus élevée parmi les patients traités à l’Emtriva. La décoloration de la peau, se manifestant par une hyperpigmentation des paumes et/ou des plantes de pieds était en générale modérée et asymptomatique. Le mécanisme et la signification clinique sont inconnus.

Pour une information posologique complète sur le Truvada, consulter www.truvada.com. Pour une information posologique complète à l’extérieur des États-Unis, les médecins peuvent consulter leur étiquetage local.

À propos de Gilead Sciences

Gilead Sciences est une société biopharmaceutique qui découvre, développe et commercialise des thérapies innovantes dans des domaines médicaux où les besoins ne sont pas satisfaits. La mission de la société est d’améliorer le soin des patients souffrant d’affections mettant leur vie en danger partout dans le monde. Le siège de Gilead est à Foster City, Californie, et on trouve des filiales en Amérique du Nord, en Europe et en Australie.

Ce communiqué de presse inclut des énoncés prévisionnels, au sens où l’entend le Private Securities Litigation Reform Act de 1995, lesquels sont soumis aux risques, incertitudes et autres facteurs, comprenant les risques associés à notre capacité à initier comme prévu une étude de phase II du régime à dose fixe en un comprimé contenant de elvitegravir, GS 9350 et Truvada, l’éventualité de résultats défavorables de nos essais cliniques sur le GS 9350, la nécessité de modifier ou de retarder nos essais cliniques ou d’effectuer des essais supplémentaires et le risque d’échouer à obtenir l’approbation de la Food and Drug Administration et d’autres corps réglementaires. En conséquence, le GS 9350 peut ne jamais être commercialisé sous forme d’amplificateur autonome ou en formulation conjointe avec d’autres produits. En outre, nous pouvons prendre la décision stratégique d’interrompre le développement du GS 9350 si par exemple nous pensons que sa commercialisation sera difficile par rapport à d’autres opportunités qui se présenteraient à nous. Ces risques, incertitudes et autres facteurs pourraient amener les résultats réels à différer matériellement de ceux auxquels il est fait référence dans les énoncés prévisionnels. Le lecteur est averti de ne pas se fier à ces énoncés prévisionnels. Ces risques ainsi que d’autres sont décrits en détails dans le Rapport annuel de Gilead, formulaire10-K pour l’année qui s’est terminée le 31 décembre 2007 et dans son Rapport trimestriel, formulaire 10-Q pour les premier, deuxième et troisième trimestres de 2008 tel qu’enregistré à la Securities and Exchange Commission américaine. Tous les énoncés prévisionnels sont basés sur l’information aujourd’hui à disposition de Gilead et Gilead rejette toute obligation de mettre à jour ces énoncés prévisionnels.

Une information posologique complète sur le Truvada aux États-Unis est disponible sur www.Truvada.com.

Une information posologique complète sur l’Atripla aux États-Unis est disponible sur www.Atripla.com.

Truvada, Emtriva et Viread sont des marques déposées de Gilead Sciences, Inc.

Atripla est une marque déposée de Bristol-Myers Squibb & Gilead Sciences, LLC.

Pour de plus amples renseignements sur Gilead, veuillez contacter le service des relations publiques de Gilead au 1-800-GILEAD-5 (1-800-445-3235) ou consulter le site www.gilead.com.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.