Publicité
Accueil > Revue de presse > ERSPC (European Randomized Study of Screening for Prostate Cancer)
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité
2009-03-24
Revue de presse

Tags: ERSPC (European Randomized Study of Screening for Prostate Cancer) - 
Le dépistage du PSA réduit les décès de 20 %, selon la plus vaste etude mondiale sur le cancer de la prostate  - Revue de presse
Le dépistage du PSA réduit les décès de 20 %, selon la plus vaste etude mondiale sur le cancer de la prostate

STOCKHOLM, Suède, March 18/Le dépistage du cancer de la prostate peut réduire les décès de 20 %, selon les conclusions de l'ERSPC (European Randomized Study of Screening for Prostate Cancer) publiée en ligne le 18 mars à 17 h 00 HEC (NEJM, Online First*). L'ERSPC, la plus vaste étude mondiale sur le dépistage du cancer de la prostate, fournit pour la première fois des preuves solides et vérifiées de manière indépendante de l'effet du dépistage sur la mortalité liée au cancer de la prostate.

Publicité

Cette étude, lancée au début des années 90, impliquait huit pays (la Belgique, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, l'Espagne, la Suède et la Suisse), avec un suivi global allant jusqu'à 12 ans. Les participants, 182 000 au départ, se sont réduits à 162 000 hommes de 55 à 69 ans, répartis sur sept pays ; seuls ceux qui n'avaient pas été dépistés pouvaient participer. Les conclusions seront dévoilées lors du Congrès européen annuel d'urologie qui aura lieu à Stockholm, en Suède (17-21 mars 2009).

Une recherche initiale du marqueur PSA (antigène prostatique spécifique) chez des hommes de 55 à 69 ans et un suivi régulier ont permis d'augmenter la détection précoce. Les décès dus à une maladie métastatique ont alors diminué. Les données exactes ont montré qu'en moyenne, sur 1 408 hommes dépistés, 48 étaient diagnostiqués avec un cancer et ont reçu un traitement, ce qui leur avait sauvé la vie. Le dépistage s'effectuait en moyenne tous les quatre ans, avec un suivi moyen sur neuf ans. La valeur seuil était un taux de PSA de 3,0 ng/ml ou plus. Les hommes présentant un tel taux se voyaient alors proposer une biopsie.

Le professeur Fritz Schroder, coordinateur international de l'étude ERSPC, explique : << L'étude montre que le dépistage du PSA permet de réduire de 20 % la mortalité liée au cancer de la prostate. Cela fournit aux responsables des politiques de dépistage des données nouvelles et importantes sur l'efficacité du test de dépistage du PSA dans la prévention des décès. >>

<< Toutefois, l'ERSPC est aussi sur le point de terminer des études complémentaires sur la qualité de vie et la rentabilité, deux éléments devant être évalués avant de prendre une décision quant à la pertinence d'une politique nationale de dépistage du cancer de ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2009-03-24 par ERSPC (European Randomized Study of Screening for Prostate Cancer)
Source: PRNewswire


Publicité

En savoir plus

http://content.nejm.org/cgi/content/full/NEJMoa0810084




ERSPC (European Randomized Study of Screening for Prostate Cancer): Sur le même thème...