Publicité
Accueil > Actualité médicale > Gynécologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

2009-05-26
Actualité médicale

Tags: Grossesse -  traitement -  vomissements -  nausees - 
Grossesse : traitement des vomissements et des nausées - Actualité médicale
Grossesse : traitement des vomissements et des nausées

Nouvelle etude publiee dans le European Journal of Obstetrics and Gynecology and Reproductive Biolog.

Publicité

Les nausées et les vomissements sont des signes de grossesse qui touchent plus de 80 % des femmes enceintes. Malheureusement, les symptômes sont tels pour quelques futures mères qu'ils nécessitent leur hospitalisation.

Un nouveau protocole d'administration de médicaments mis en place par le CHU Sainte-Justine soulage les symptômes plus rapidement et fournit un choix plus sûr que les protocoles connus. Les conclusions, qui constituent de bonnes nouvelles pour les mères et leur enfant, sont publiées dans un numéro récent du European Journal of Obstetrics and Gynecology and Reproductive Biology.

« En 2002, nous avons dû changer rapidement le protocole d'administration de médicaments pour le traitement de l'hyperémèse gravidarum, ou les vomissements et nausées intenses de la grossesse, à la suite d'une mise en garde de la FDA et de Santé Canada », souligne la chercheuse principale, Anick Bérad, professeure à la Faculté de pharmacie de l'Université de Montréal et directrice de l'équipe de recherche sur les médicaments, la grossesse et l'allaitement du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.

« Cette mise en garde établissait un lien entre un médicament utilisé à l'époque contre les vomissements et des effets cardiovasculaires indésirables chez les mères, poursuit la Dre Bérard. Nous devions rapidement opter pour un autre traitement plus sûr. La présente étude est une vérification rétrospective des données afin d'évaluer l'efficacité de ce traitement. »

Comparaison entre métoclopramide et dropéridol

La Dre Bérard et son équipe, incluant des chercheurs de l'Université de Bourgogne, ont évalué 229 femmes enceintes hospitalisées et traitées pour l'hyperémèse. Les scientifiques ont comparé l'utilisation du médicament courant, le dropéridol, à l'administration d'un médicament plus récent, la métoclopramide.

Les résultats ont indiqué que la métoclopramide maîtrisait les symptômes de nausées et de vomissements plus rapidement que le droperidol. Soulignons qu'aucun élément probant n'a démontré d'augmentation du ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2009-05-26 par University of Montreal
Source: European Journal of Obstetrics and Gynecology and Reproductive Biology - University of Montreal Accéder à la source

Mots clés: Grossesse traitement vomissements nausees


Publicité

En savoir plus

À propos de l'hyperémèse gravidarum

L'hyperémèse (les nausées et vomissements intenses durant la grossesse) touche environ 1 % des femmes enceintes. Si on ne la traite pas, elle peut entraîner une importante perte de poids, la déshydratation ou la mort. Les symptômes à surveiller sont, entre autres, des vomissements et des nausées intenses, une incapacité à garder les aliments ingérés durant une période de deux à trois jours et un manque d'énergie.

Selon la Dre Bérard, les femmes ne devraient pas attendre trop longtemps avant de demander l'aide d'un médecin. « Plus longtemps les symptômes continuent, plus long sera le séjour à l'hôpital », prévient-elle en ajoutant que la majorité des femmes atteintes d'hyperémèse quittent l'hôpital dans les trois jours et qu'un grand nombre d'entre elles doivent prendre des médicaments durant toute la grossesse.


###

À propos de l'étude

L'étude « Metoclopramide and diphenhydramine in the treatment of hyperemisis gravidarum: Effectiveness and predictors of rehospitalization », publiée dans le European Journal of Obstetrics and Gynecology and Reproductive Biology, est une collaboration entre Anaïs Lacasse, Ema Ferreira et Anick Bérard, de l'Université de Montréal et du CHU Sainte-Justine, et Amandine Lagoutte de l'Université de Bourgogne.

Partenaires de recherche

Cette étude est financée par le Fonds de la recherche en santé du Québec.