Publicité
Accueil > Actualité médicale > Cancérologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2009-06-16
Actualité médicale

Tags: Cancers -  sein -  soigner -  chaque -  patiente -  mesurant -  proteine -  HP1alpha - 
Cancers du sein - Mieux soigner chaque patiente en mesurant sa protéine HP1alpha - Actualité médicale
Cancers du sein - Mieux soigner chaque patiente en mesurant sa protéine HP1alpha

Prévoir l'évolution tumorale pour chaque patient est un enjeu majeur de cancérologie. Repérer les patients susceptibles de développer des métastases, évaluer la réponse aux chimiothérapies… autant d'informations pronostiques qui améliorent la prise en charge des malades atteints de cancer. A l'Institut Curie, l'équipe de Geneviève Almouzni, directrice de recherche au CNRS, vient de découvrir un nouveau marqueur pronostique de l'évolution des cancers du sein, et probablement d'autres cancers : la protéine HP1. Plus cette protéine est présente en quantité dans les tumeurs du sein, plus le risque de développer rapidement des métastases est élevé. En outre, cette protéine, qui gère la compaction du matériel génétique dans les cellules et donc l'expression des gènes, semble un marqueur pronostique significativement plus informatif que les marqueurs actuellement utilisés. D'autres études sont actuellement en cours pour compléter ces premiers résultats très prometteurs publiés dans EMBO Molecular Medicine et faire bénéficier ainsi rapidement les patientes de ce nouveau marqueur pronostique.

Publicité

Les cancers résultent d'une succession d'altérations génétiques. Toutefois la génétique peine à expliquer la très grande diversité des cancers. C'est pourquoi les modifications des facteurs épigénétiques sont de plus en plus souvent impliquées en cancérogenèse : il peut s'agir de modifications chimiques (fixation de groupements chimiques, méthyl, phosphate, acétyl) sur l'ADN et les protéines qui lui sont associées, les histones, ou de perturbations de l'organisation de l'ADN au cœur de la cellule (voir pour en savoir plus sur l'épigénétique p. 2).

Les facteurs épigénétiques « commandent » l'activation ou la désactivation de certains gènes dans la cellule. C'est grâce à eux si, à partir d'un même capital génétique, les cellules acquièrent des spécificités et forment par exemple un neurone ou un globule blanc.

Et si ces facteurs épigénétiques, dont la perturbation a déjà été montrée dans les cellules cancéreuses, pouvaient renseigner les cliniciens sur les évolutions tumorales possibles ? C'est la question que s'est posée l'équipe de Geneviève Almouzni(1) à l'Institut Curie. Et pour y répondre, les chercheurs se sont intéressés à la protéine HP1alpha, connue pour son rôle dans la compaction de l'ADN et qui, par conséquent, a un rôle sur l'activation ou la désactivation des gènes dans les cellules.

Première découverte : la protéine HP1alpha est surreprésentée dans les cellules tumorales et son absence provoque des perturbations dans la division cellulaire.

La seconde partie de l'étude, effectuée sur du tissu tumoral, a été réalisée grâce au Centre de ressources biologiques de l'Institut Curie, initié en 1988 par le Dr Xavier Sastre-Garau, chef du département de Biologie des tumeurs. Les chercheurs ont ainsi pu étudier les niveaux d'expression de HP1alpha dans 86 échantillons qui avaient été prélevés en 1995 chez des patientes atteintes de cancer du sein, dont l'évolution est connue sur plus de 10 ans. Il s'agissait principalement de ...

Page suivante (2 / 4)

Article écrit le 2009-06-16 par EMBO Molecular Medicine - CNRS
Source: EMBO Molecular Medicine - CNRS Accéder à la source

Mots clés: Cancers sein soigner chaque patiente mesurant proteine HP1alpha


Publicité

En savoir plus

Notes :
1) Geneviève Almouzni est directrice de recherche au CNRS et directrice de l'unité « Dynamique nucléaire et plasticité du génome » Institut Curie/ UMR 218 CNRS. Elle a reçu la Médaille d'argent du CNRS en 2000, le Prix du Comité Départemental des Yvelines de La Ligue contre le Cancer en 2003 et le Grand prix de la Fondation Simone et Cino del Duca de l'Institut de France en 2006. Elle est aussi directrice déléguée à l'enseignement auprès du directeur du Centre de Recherche de l'Institut Curie. Son équipe est par ailleurs membre coordonnateur du Réseau d'excellence Epigénome, responsable de la communauté de recherche européenne sur l'épigénétique.

Références :
« Heterochromatin Protein 1 alpha: a hallmark of cell proliferation relevant in clinical oncology »
L. de Koning1, A. Savignoni2, C. Boumendil1, H. Rehman1, B. Asselain2, X. Sastre-Garau3, G. Almouzni1
1 Laboratory of Nuclear Dynamics and Genome Plasticity (UMR218), Institut Curie/CNRS/UPMC, Paris
2 Department of Biostatistics, Institut Curie, Paris
3 Department of Pathology, Institut Curie, Paris
EMBO Molecular Medecine