Publicité
Accueil > Actualité médicale > Maladies parasitaires
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2009-08-24
Actualité médicale

Tags: vaccin -  paludisme - 
Une nouvelle piste vers un « vaccin » contre le paludisme - Actualité médicale
Une nouvelle piste vers un « vaccin » contre le paludisme

Une étude au CUSM/McGill ouvre une nouvelle voie d'investigation vers des thérapies préventives du Paludisme.

Publicité

Montréal, le 21 Août 2009 - La malaria tue entre 1 et 3 millions de personnes, n'importe où, dans le monde et en touche plus de 500 millions d'autres tous les ans. Pourtant, jusqu'à présent, les scientifiques n'avaient pas entièrement percé le secret du mécanisme de la maladie qui conduit à cette fièvre dévastatrice.

Le Dr Martin Olivier et son équipe de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR CUSM) et de l'Université McGill à Montréal ont résolu le mystère et sont peut être les premiers à ouvrir la voie vers le développement d'un traitement, semblable à un vaccin, afin de limiter la gravité de cette maladie parasitaire. Les résultats de leur étude seront publiés le 21 août dans la revue Public Library of Science - Pathogens.

La malaria, aussi appelée paludisme, est une maladie infectieuse transmise par un moustique et propagée par des parasites de la famille des Plasmodium. Rapidement après avoir pénétré à l'intérieur du corps, le parasite infecte les globules rouges où il survit et se reproduit en se nourrissant du contenu de la cellule. Les cellules finissent par éclater, libérant les parasites ainsi qu'un déchet de leurs processus de reproduction : l'hemozoin.

L'équipe de chercheurs de l'IR-CUSM et de l'Université McGill, a découvert que l'hemozoin, une substance semblable à un cristal, pourrait être le « chaînon manquant » expliquant pourquoi le paludisme conduit à une inflammation et une fièvre ravageuses. « Nos résultats décrivent le mécanisme par lequel l'hemozoin provoque une réponse immunitaire, qui mènera ensuite à la forte fièvre que nous observons chez les patients paludéens » déclare Dre Marina Tiemi Shio, de l'Institut de Recherche du CUSM et auteure principale de l'article.

L'hemozoin est d'abord ingérée par des cellules « de nettoyage » appelées macrophages, explique le chercheur, ce qui ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2009-08-24 par PLoS Pathogens - McGill University Health Centre
Source: PLoS Pathogens - McGill University Health Centre Accéder à la source

Mots clés: vaccin paludisme


Publicité

En savoir plus

Dr Martin Olivier

Le Dr Martin Olivier est chercheur dans l’axe « Infection et immunité » de l’Institut de Recherche du Centre Universitaire de Santé McGill. Il est également Professeur agrégé à la Faculté de médecine de l’Université McGill.

Dr Marina Tiemi Shio

Dr Marina Tiemi Shio est stagiaire postdoctorale sous la direction du Dr Olivier et travaille dans l'axe « Infection et immunité » de l'Institut de Recherche du Centre Universitaire de Santé McGill.

Financement

Cette étude a été financée par une bourse des Instituts de Recherche en Santé du Canada (IRSC).

Partenaires

Cet article a été co-signé par Dr Marina Tiemi Sho, Dr Myriam Savaria, Dr Marie-Josée Bellemare, de l'Institut de Recherche du Centre Universitaire de Santé McGill et de l'Université McGill, Dr D. Scott Bohle, de l'Université McGill et Dr Martin Olivier de l'IR CUSM et de l'Université McGill, par le Dr Stephanie C. Eisenbarth, et Dr Richard A. Flavell de l'Université de Yale, par le Dr Adrien F. Vinet et le Dr Albert Descoteaux de l'Institut Armand-Frappier, par Dr Kenneth W. Harder de l'Université de Colombie Britannique, et par le Dr Fayyaz S. Sutterwala de l'University of Iowa.

L'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR CUSM) est un centre de recherche de réputation mondiale dans le domaine des sciences biomédicales et des soins de santé. Établi à Montréal, au Québec, il constitue la base de recherche du CUSM, centre hospitalier universitaire affilié à la Faculté de médecine de l'Université McGill. L'Institut compte plus de 600 chercheurs, près de 1 200 étudiants diplômés et postdoctoraux et plus de 300 laboratoires de recherche consacrés à un large éventail de domaines de recherche, fondamentale et clinique. L'Institut de recherche est à l'avant-garde des connaissances, de l'innovation et de la technologie. La recherche de l'Institut est étroitement liée aux programmes cliniques du CUSM, ce qui permet aux patients de bénéficier directement des connaissances scientifiques les plus avancées.