Publicité
Accueil > Actualité médicale > Neurologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2009-08-31
Actualité médicale

Tags: cablage -  cerveau -  processus - 
Le « câblage » du cerveau : son processus - Actualité médicale
Le « câblage » du cerveau : son processus

Dans une nouvelle étude, des chercheurs de l'Institut et Hôpital neurologique de Montréal (le Neuro), de l'Université McGill, ont découvert un important mécanisme qui intervient dans la mise en place du vaste réseau de communication des connexions dans le cerveau.

Publicité

Une voie de transmission des signaux qui implique des interactions entre un produit génique associé à la schizophrénie, la calcineurine, et un facteur de transcription, connu sous le nom de facteur nucléaire des lymphocytes T activés (NFAT), contribue à la connectivité aux jonctions, ou synapses, des cellules nerveuses (neurones) et affecte la longueur des projections des cellules nerveuses ou branches dendritiques dans le système visuel. Les résultats de l'étude, publiés dans la revue Neuron, pourraient être source d'espoir pour les adultes souffrant de traumatismes crâniens et rendre possibles le diagnostic précoce, des traitements et des thérapies pour la schizophrénie, l'autisme ou d'autres troubles du développement pour lesquels on soupçonne la croissance d'un câblage neurologique anormal tôt dans la vie.

Au début du développement du cerveau, il y a surabondance de connexions non précisées entre les neurones. Pendant le développement (et l'apprentissage), ces connexions sont élaguées pour ne laisser que les plus fortes et les plus spécifiques. Cet affinement se produit sous l'effet d'une série de données entrantes de l'environnement, et on estime généralement qu'il est médié par des changements aux synapses – les jonctions spécialisées par lesquelles les neurones communiquent les uns avec les autres.

Les neurones ont une tendance innée à faire des projections arborescentes du corps cellulaire connues sous le nom de dendrites. Les dendrites reçoivent de l'information et forment des contacts synaptiques avec les terminaisons d'autres cellules nerveuses pour que l'influx nerveux se transmette. Dans le modèle dit « synaptotrophique » de développement dendritique, les interactions entre les dendrites et les partenaires synaptiques potentiels fournissent les signaux extrinsèques qui aident à orienter la croissance dendritique selon une configuration optimisant les interactions synaptiques. Par conséquent, la croissance ou ramification est plus susceptible de se produire dans des régions où il y a une synapse stabilisée et ...

Page suivante (2 / 3)

Article écrit le 2009-08-31 par Neuron - McGill University
Source: Neuron - McGill University Accéder à la source

Mots clés: cablage cerveau processus


Publicité

En savoir plus

L'Institut et Hôpital neurologique de Montréal

Nous célébrons nos 75 ans!

L'Institut et Hôpital neurologique de Montréal (le Neuro) est un centre médical universitaire unique, spécialisé en neurosciences. À la fois institut de recherche et d'enseignement de l'Université McGill, le Neuro constitue l'assise de la mission en neurosciences du Centre universitaire de santé McGill. Fondé en 1934 par l'éminent Dr Wilder Penfield, le Neuro est reconnu mondialement pour son intégration de la recherche, les soins qu'il prodigue avec compassion aux patients et sa formation spécialisée, tous des éléments essentiels au progrès des sciences et de la médecine. Les chercheurs du Neuro sont des chefs de file mondiaux en neurosciences cellulaire et moléculaire, en imagerie cérébrale, en neurosciences cognitives, ainsi que dans l'étude et le traitement de l'épilepsie, de la sclérose en plaques et de troubles neuromusculaires. Pour tout renseignement, veuillez visiter www.mni.mcgill.ca.