Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2009-09-28
Fil actus Santé

Tags: IVG - 
Stagnation du nombre d IVG  en France - Fil actus Santé
Stagnation du nombre d IVG en France

Le Journal du Dimanche fait un « triste constat », à l’occasion de la troisième Journée mondiale de la contraception.

Publicité

Le journal constate qu’« alors que la France est l’un des pays où l’utilisation de la contraception est la plus répandue, le recours à l’avortement reste stable depuis 15 ans. Quelque 200.000 interruptions volontaires de grossesse sont ainsi pratiquées chaque année. On estime que près de 40% des femmes y auront recours dans leur vie ».

Le journaliste relate que « chez les jeunes femmes de 15 à 19 ans, le taux d’IVG a tendance à augmenter ».

« Comment faire progresser l’efficacité de la contraception chez les jeunes ? ».

« Les infirmières scolaires réclament l’autorisation de délivrer le nouveau contraceptif d’urgence, EllaOne, efficace jusqu’à 5 jours après un rapport à risque », ou encore « il faut améliorer la formation insuffisante des médecins, généralistes en tête, dans un contexte de pénurie de gynécologues, et leur apprendre à mieux écouter les patientes ».

Le Journal révèle que « 12 000 mineures avortent chaque année » en France, et que « selon une étude de l’Institut national d’études démographiques, 28% des femmes n’utilisaient aucune méthode de contraception avant leur grossesse non désirée ».

Martin Winckler, généraliste et écrivain, remarque qu'« en France, les médecins n’écoutent pas assez leurs patientes. Beaucoup continuent à imposer leurs décisions à celles qu’ils sont censés soigner et accompagner ».

« C’est un échec de la médecine. Il y a une incompétence foncière en matière de contraception dans le corps médical. La formation universitaire est, chez nous, indigente et archaïque ».

Selon lui, « le nombre important d’IVG témoigne aussi de l’échec personnel des médecins. Les praticiens ont des préjugés insensés vis-à-vis des femmes : trop bêtes pour prendre leur pilule à l’heure, chochottes qui ne supportent pas la pilule. La vanité médicale est un fléau bien français : au Québec, où je viens de m’installer, ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2009-09-28 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Le Journal du Dimanche du 27/09/09Accéder à la source


Publicité

En savoir plus