Publicité
Accueil > Revue de presse > Biotechnologie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité
2009-11-02
Revue de presse

Tags: France Biotech - 
France Biotech salue la priorité nationale que Nicolas Sarkozy donne publiquement à l’industrie des biotechnologies à travers la création d’InnoBio, fonds d’investissement dédié aux biotech  - Revue de presse
France Biotech salue la priorité nationale que Nicolas Sarkozy donne publiquement à l’industrie des biotechnologies à travers la création d’InnoBio, fonds d’investissement dédié aux biotech

Ce fonds de 139 millions d’euros est un bon début mais reste insuffisant !

Publicité

PARIS--France Biotech, l’association des entrepreneurs des Sciences de la Vie (www.france-biotech.org), se félicite de l’intérêt du Président de la République pour l’industrie des biotechnologies avec la création du fonds d’investissement biotech InnoBio1, principale mesure annoncée lors de la réunion du CSIS (Conseil Stratégique des Industriels de Santé), le lundi 26 octobre à l’Elysée. Après avoir soumis ses propositions concernant l’utilisation du grand emprunt national (le 19 octobre 2009), France Biotech demande au gouvernement d’être particulièrement attentif à la gouvernance du fonds InnoBio car les sociétés pharmaceutiques, souscripteurs de ce fond peut être en conflit d'intérêt ; souligne la nécessité de moyens plus importants pour l’industrie des biotechnologies.

« C’est un bon début et nous sommes ravis que le FSI ait décidé d’investir aux cotés des investisseurs privés dans les jeunes entreprises innovantes à fort potentiel, moteurs prioritaires de notre croissance. Le pari d'InnoBio est d'être entièrement orienté vers le développement de produits pharmaceutiques, cela est un choix stratégique de ce fond. Si nous souhaitons maximiser nos chances de réussir, le montant annoncé reste insuffisant quand on sait que plus de 60% des nouveaux médicaments mis sur le marché aujourd’hui sont issus des biotechnologies ! Il faut être conscient que 140 millions d'euros ne représentent que 10 jours de dépense de R&D pour un grand groupe pharmaceutique. Nous attendons que le FSI aille plus loin et s’engage à travers des investissements directs plus importants afin de véritablement répondre aux enjeux et besoins de l’industrie des biotechnologies », dit André Choulika, Président de France Biotech.

Article écrit le 2009-11-02 par France Biotech
Source: Business wire

Mots clés: France Biotech


Publicité

En savoir plus

A propos du partenariat FSI - France Biotech

Le 3 juin 2009, lors d’un débat organisé par France Biotech en présence de M. Gilles Michel, Directeur général du Fonds Stratégique d’Investissement (FSI), un partenariat avait été annoncé entre France Biotech et le FSI pour promouvoir l’émergence de jeunes entreprises de biotechnologie à fort potentiel.

A propos de France Biotech

France Biotech (www.france-biotech.org) est l’association française des entreprises des sciences de la vie et de leurs partenaires. Sa mission est de contribuer à hisser l’industrie française des sciences de la vie au rang de leader en Europe. France Biotech est un moteur de changement qui agit auprès des pouvoirs publics, des organisations économiques, de la recherche académique, des media et de la communauté des investisseurs notamment, pour favoriser l’émergence des biotechnologies comme industrie de pointe prioritaire, et améliorer l’environnement économique, juridique, réglementaire et managérial de ces entreprises. France Biotech compte aujourd’hui 150 adhérents. Les entreprises des sciences de la vie membres de l’association regroupent la grande majorité des investissements, des employés et des produits innovants du secteur.

1 Ce fonds sera financé par le FSI à hauteur de 52 millions (soit 37% du montant total) et aux deux tiers par 9 industriels dont Sanofi-Aventis et GSK pour 25 millions d’euros chacun et a pour mission de réaliser des investissements de 5 à 10 millions d’euros dans des PME innovantes de biotechnologie sur le sol français, tout en restant actionnaire minoritaire au sein de ces sociétés.