Publicité
Accueil > Actualité médicale > Biologie clinique
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2009-11-17
Actualité médicale

Tags: recherche -  avertit -  usage -  cellules -  souche -  medecine -  regenerative -  etre -  egalement -  nuisible -  sante - 
Une recherche avertit que l'usage de cellules souche en médecine régénérative peut être également nuisible pour la santé - Actualité médicale
Une recherche avertit que l'usage de cellules souche en médecine régénérative peut être également nuisible pour la santé

L'utilisation de cellules souche dans le domaine de la médecine régénérative n'est pas toujours bénéfique pour la santé humaine, et peut même s'avérer préjudiciable, d'après ce qu'a démontré un travail réalisé dans les universités de Grenade et de León. Les scientifiques ont démontré que la greffe de cellules mononucléaires humaines tirées du sang du cordon ombilical a un effet nocif sur les rats présentant une cirrhose hépatique.

Publicité

Avec ce travail, les chercheurs ont cherché à savoir si la fraction de cellules mononucléaires provenant de sang humain du cordon ombilical (CMCUH), qui contient des cellules souche, pourrait s'avérer utile en médecine régénérative hépatique. Les découvertes biochimiques et histologiques de cette recherche portent à croire que la greffe cellulaire n'a non seulement pas guéri les animaux, mais leur a provoqué un syndrome hépatorénal.

Cette recherche a été menée à bien par Ana Álvarez-Mercado, María García-Mediavilla, Sonia Sánchez-Campos, Francisco Abadía, María J. Sáez-Lara, María Cabello-Donayre, Ángel Gil, Javier González-Gallego et Luis Fontana, tous chercheurs aux Universités de Grenade et de León.

Recherche avec des rats

Pour évaluer le potentiel régénératif des CMCUH, les scientifiques ont réalisé une xénogreffe humain-rat. On provoque chez les rats une cirrhose hépatique en leur administrant 0,3 g/L de thioacétamide (TAA) dans leur eau pendant quatre mois. Au bout de ce temps, on leur injecte 10x106 CMCUH par la veine porte. Une expérimentation similaire de transplantation a été réalisée avec des rats n'ayant bu que de l'eau pendant la même période.

La prise de TAA a provoqué une cirrhose nodulaire chez les animaux. La transplantation cellulaire n'a eu aucun effet sur l'histologie hépatique, mais l'analyse des paramètres biochimiques a révélé que les animaux cirrhotiques que avaient été soumis à une thérapie cellulaire ont présenté des altérations dans la fonction hépatique (une moindre concentration d'albumine et une plus grande concentration de bilirrubine totale dans le plasma si on compare aux animaux cirrhotiques qui n'ont pas reçu de CMCUH). De plus, le groupe cirrhotique expérimental ayant reçu le CMCUH a présenté des lésions rénales graves.

On calcule actuellement que les maladies hépatiques touchent 17% de la population mondiale. On ne connaît pas encore de traitement spécifique pour la fibrose qui se développe dans de nombreux ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2009-11-17 par Cell Transplantation - University of Granada
Source: Cell Transplantation - University of Granada Accéder à la source

Mots clés: recherche avertit usage cellules souche medecine regenerative etre egalement nuisible sante


Publicité

En savoir plus

Ce travail a été financé par le Fonds de Recherche Sanitaire (Institut sanitaire Carlos III), les fonds Feder, le ministère andalou pour l'Innovation, les Sciences et l'Entreprise, la Junte andalouse, le ministère autonome de la Junte de Castille et León, et la Fédération des Caisses d'Épargne de Castille et de León, et sera prochainement publié dans la prestigieuse revue scientifique 'Cell Transplantation'.