Publicité
Accueil > Actualité médicale >
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2006-03-09
Actualité médicale

Tags: molecule -  Tamiflu -  facile -  produire - 
La molécule du Tamiflu plus facile à produire - Actualité médicale
La molécule du Tamiflu plus facile à produire

Un groupe de chercheurs de l'Université de Tokyo a annoncé avoir réussi à synthétiser artificiellement la molécule active du Tamiflu (ou oseltamivir) à partir d'un composé pétrochimique, alors que les méthodes jusqu'ici utilisées faisaient appel à l'acide shikimique contenu dans l'anis étoilé (ou badiane), et à la biofermentation à l'aide de bactéries E. Coli.

Publicité

Un groupe de chercheurs de l'Université de Tokyo a annoncé avoir réussi à synthétiser artificiellement la molécule active du Tamiflu (ou oseltamivir) à partir d'un composé pétrochimique, alors que les méthodes jusqu'ici utilisées faisaient appel à l'acide shikimique contenu dans l'anis étoilé (ou badiane), et à la biofermentation à l'aide de bactéries E. Coli.
Cette découverte va peut-être permettre de résoudre le problème de la fabrication de l'oseltamivir, produite pour deux tiers par l'anis étoilé, et pour un tiers grâce à la biofermentation.
La production à base de badiane est soumise à l'approvisionnement en anis étoilé venant du sud de la Chine; l'exploitation est limitée du fait de la lenteur de maturation du fruit (6 à 10 ans après plantation de l'arbre) et des variables climatiques (sécheresse...). De plus, l'extraction même de l'acide shikimique à partir de la plante est longue et laborieuse.
Récemment, les laboratoires Roche ont réussi à obtenir la même molécule lors d'une biofermentation à base d'Escherichia Coli, faisant intervenir près de 50 composants dans le procédé.
Avec ces différentes méthodes, le processus de fabrication prend environ dix mois, ce qui peut être long si l'on veut réagir rapidement en cas de pandémie grippale.
Or les chimistes de l'Université de Tokyo, menés par le Pr. Masakatsu SHIBASAKI, ont remplacé l'acide shikimique par une molécule de 1,4 cyclohexadiène, produite grâce aux réactions d'hydrogénations catalysées qui furent découvertes par le prix Nobel de chimie Ryoji NOYORI (aujourd'hui président du RIKEN).
L'Université de Tokyo a déposé une demande de brevet le 23 février dernier. Elle est par ailleurs en négociations avec le groupe pharmaceutique Roche (fabricant du Tamiflu) pour lui permettre d'utiliser ce nouveau procédé.


Yomiuri Shimbun, 26 fév. 2006 - Reuters, 2 mars 2006 - Le Figaro, 25 février 2006
Matthieu ROSENBERG - adjoint.sdv@ambafrance-jp.org - Ref : 396/BIO/2234
Cette information est un extrait du BE ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2006-03-09 par auteur
Source: source Accéder à la source

Mots clés: molecule Tamiflu facile produire


Publicité

En savoir plus




: Sur le même thème...