Publicité
Accueil > Actualité médicale > Maladies virales
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-01-05
Actualité médicale

Tags: Effet -  traitements -  antiretroviraux -  hautement -  actifs -  incidence -  VIH/SIDA -  evalue -  via -  utilisation -  periodes -  calendaires -  comme -  variable -  instrumentale - 
Effet des traitements antirétroviraux hautement actifs sur l’incidence du sida, évalué via l’utilisation des périodes calendaires comme variable instrumentale.  - Actualité médicale
Effet des traitements antirétroviraux hautement actifs sur l’incidence du sida, évalué via l’utilisation des périodes calendaires comme variable instrumentale.

Les chercheurs spécialistes du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) utilisent souvent les périodes calendaires comme mesure indirecte et imparfaite dans l’évaluation de l’effet des traitements antirétroviraux hautement actifs (TAHA) sur la progression de l’infection par le VIH.

Publicité

Les auteurs rapportent les données obtenues chez 614 hommes HIV-positifs suivis entre 1984 et 2007 dans quatre villes des États-Unis. Sur une période de 5321 personnes-années, 268 de ces 614 hommes ont développé le syndrome d’immunodéficience humaine acquise (sida), 49 sont décédés et 90 ont été perdus de vue. Si on compare la période calendaire précédant l’avènement des TAHA (avant 1996) à la période calendaire pendant l’ère des TAHA (1996 et après), on obtient un risque relatif naïf égal à 3,62 (limites de l’intervalle de confiance à 95 % : 2,67 à 4,92).

Cependant, cette estimation est probablement biaisée par la mauvaise classification de l’emploi des THAH en fonction de la période calendaire. Il se peut qu’une approche basée simplement sur les périodes calendaires contourne les biais d’indication au prix d’une classification erronée de l’exposition au risque. Afin de corriger ce problème, les auteurs proposent un estimateur de variables instrumentales analogue aux estimateurs utilisés autrefois pour la correction de la non-observance dans les essais cliniques randomisés. Lorsque nous avons comparé la période calendaire précédant l’avènement des TAHA à la période calendaire pendant l’ère des TAHA, le risque relatif associé à la variable instrumentale était de 5,02 (limites de l’intervalle de confiance à 95 % : 3,45 à 7,31), soit 39 % plus élevé que le résultat naïf.

La pondération par la probabilité inverse de la période calendaire étant donné l’âge à la séroconversion, l’origine ethnique et l’ancienneté de la séroconversion ne modifiait pas sensiblement ces résultats.

Cette méthode pourrait permettre de résoudre les écarts entre les résultats des études observationnelles et des études randomisées.

Article écrit le 2010-01-05 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Am J Epidemiol. 2009 May 1, vol. 169, n° 9, pp.1124-1132 Accéder à la source

Mots clés: Effet traitements antiretroviraux hautement actifs incidence VIH/SIDA evalue via utilisation periodes calendaires comme variable instrumentale


Publicité

En savoir plus

CAIN LE, COLE SR, GREENLAND S, BROWN TT, et al.