Publicité
Accueil > Bonne pratique du Médicament > afssaps
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2009-02-27
Bonne pratique du Médicament

Tags:
Rappel : pas d’AINS dès le 6ème mois de grossesse - Bonne pratique du Médicament
Rappel : pas d’AINS dès le 6ème mois de grossesse

L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) rappelle que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont contre-indiqués à partir du début du 6ème mois de grossesse, quelle que soit leur voie d’administration (comprimé, gélule, gel, crème ou pommade…).

Publicité

Les AINS sont des médicaments utilisés dans un grand nombre d’affections pour soulager et ou traiter la fièvre, les soins dentaires, otites, angine, sinusites, coliques néphrétiques, douleurs gynécologiques, douleurs lombaires et articulaires, céphalées et migraines, hémorroïdes, paraphlébites et dans bien d’autres cas.

Certains d’entre eux peuvent être délivrés sans ordonnance.

L’Afssaps rappelle qu‘à partir du début du 6ème mois de grossesse, la prise d’AINS par la femme enceinte peut avoir des conséquences graves voire mortelles, pour le fœtus ou le nouveau-né.

Cette information a été diffusée aux professionnels de santé en 2003. La toxicité des AINS chez le fœtus et le nouveau-né a également fait l’objet d’une information aux patients (15/01/2004) (107 ko).
Depuis cette date, l’Afssaps a eu connaissance de 2 cas de toxicité fœtale, dont 1 d’évolution fatale en 2008.

La gravité de ces effets et la persistance de tels cas, dans un contexte de large utilisation des AINS, y compris en automédication, conduisent l’Afssaps à rappeler que :

- L’utilisation des AINS est contre-indiquée à partir du début du 6ème mois de la grossesse (à partir de 24 semaines d’aménorrhée)

- Cette contre-indication concerne tous les AINS, y compris l’aspirine lorsque la posologie est supérieure ou égale à 500mg/j et les inhibiteurs de COX2[1], qu’ils soient sur prescription médicale ou non, et quelle que soit la voie d’administration.
En effet, le passage dans le sang des AINS après application d’une pommade ou d’un gel contenant un AINS ne doit pas être sous-estimé. Ce passage dans le sang est d’autant plus important que l’application s’effectue sur une surface cutanée importante, en pansement occlusif ou de façon répétée, y compris en usage professionnel comme par exemple par les femmes kinésithérapeutes enceintes.

- Toute automédication avec les AINS est proscrite pendant cette période à risque.

De manière générale, l’Afssaps recommande ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2009-02-27 par Afssaps
Source: AfssapsAccéder à la source


Publicité

En savoir plus