Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-01-08
Fil actus Santé

Tags: telephones portables -  Alzheimer - 
« Les téléphones portables bénéfiques contre Alzheimer ? » - Fil actus Santé
« Les téléphones portables bénéfiques contre Alzheimer ? »

Selon des travaux sur des souris, parus dans le Journal of Alzheimer's Disease, « une exposition prolongée aux ondes électromagnétiques émises par les téléphones mobiles pourrait prévenir la maladie d'Alzheimer, et même faire régresser ses lésions ».

Publicité

Gary Arendash, et son équipe du Centre de recherche sur la maladie d'Alzheimer de Floride (États-Unis), ont « mené des expériences chez 96 souris, dont beaucoup étaient génétiquement modifiées pour déclarer une maladie d'Alzheimer. Deux heures par jour pendant 7 à 9 mois, ces animaux ont été soumis […] à une antenne émettant des ondes électromagnétiques de haute fréquence ».

Le Figaro constate que « les souris génétiquement prédisposées à l'Alzheimer mais exposées précocement et longtemps ont été protégées de la maladie. Leurs performances aux tests de mémoire se sont révélées comparables à celles d'animaux sains ».

« Plus étonnant encore, les souris déjà malades ont aussi retrouvé leur mémoire. Et dans leur cerveau, les plaques amyloïdes ont régressé ».

Pour les souris non génétiquement modifiées, « leur mémoire a aussi été boostée par l'exposition prolongée aux ondes ».

Selon Gary Arendash, « les effets protecteurs des ondes sur la mémoire pourraient en partie s'expliquer par une augmentation du débit sanguin dans le cerveau. Pendant les périodes d'exposition au portable, les chercheurs ont relevé une légère élévation de la température cérébrale chez les cobayes ».

Le quotidien précise que « ce phénomène, qui aurait peut-être un rôle dans la régression des plaques amyloïdes, a été noté uniquement chez les souris malades ».

Cependant, ces résultats « paraissent spectaculaires, mais ils sont très préliminaires et restent à confirmer ».
Le Pr Philippe Amouyel (Inserm) remarque que « les effectifs de souris sont assez faibles et sont divisés en plusieurs sous-groupes soumis à de nombreux tests. Du coup, certains résultats observés pourraient être le fait du hasard ».

Article écrit le 2010-01-08 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Le Figaro du 8/1/10Accéder à la source


Publicité

En savoir plus