Publicité
Accueil > Fil actus Santé > Revue de presse santé
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2010-01-21
Fil actus Santé

Tags: Sclerose en plaques -  medicaments -  prometteurs - 
« Sclérose en plaques : deux médicaments prometteurs » - Fil actus Santé
« Sclérose en plaques : deux médicaments prometteurs »

Le Figaro se penche sur « deux médicaments prometteurs » contre la sclérose en plaques, d’après trois essais thérapeutiques parus sur le site Internet du New England Journal of Medicine.

Publicité

Le quotidien relate qu’« avec 2 ans de recul, ces produits, qui ne sont pas encore sur le marché, permettraient de réduire la fréquence des poussées de SEP ainsi que le niveau du handicap ».

« Tout le problème réside dans les effets secondaires, loin d'être négligeables mais pas forcément ingérables ».


Le quotidien explique que dans la première étude, « pour les patients [ayant reçu de la Cladribine par voie orale à différentes doses], le taux de poussées est de 0,14 par an contre 0,33 pour ceux sous placebo. Près de 79% de patients n'ont pas eu de poussées pendant la durée de l'essai avec le médicament contre 60% avec le placebo ».

« Mais comme tous les médicaments immunosuppresseurs, les effets secondaires ne sont pas négligeables. Ainsi, si le taux de décès au bout de 2 ans est similaire dans les deux groupes, le taux d'infection et de cancer apparaît un peu plus élevé avec le médicament qu'avec le placebo », poursuit le journal.

Le Figaro précise que « le second essai porte sur une autre molécule également administrée par voie orale, le Fingolimod. […] Les résultats sont quasiment similaires à ceux obtenus avec la Cladribine, avec nettement moins de poussées et une progression plus limitée du handicap. Le seul problème reste les effets secondaires notamment infectieux ».
« Une troisième étude comparant le Fingolimod par voie orale à l'interféron par voie intraveineuse a révélé au bout d'un an la supériorité du premier sur le second en terme de réduction des poussées, mais avec des effets secondaires plus importants que l'interféron ».

Le Pr Catherine Lubetzky, neurologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris) explique : « maintenant, il faut évaluer avec précision le rapport bénéfice/risque de ces nouveaux médicaments avant qu'ils ne soient utilisés en pratique courante ».

« Il faut ...

Page suivante (2 / 2)

Article écrit le 2010-01-21 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Le Figaro du 21/1/10Accéder à la source


Publicité

En savoir plus