Publicité
Accueil > Vie professionnelle > MG France (syndicat de Medecins Généralistes)
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2004-11-04
Vie professionnelle

Tags:
DMP : Les points indispensables selon MGF pour le Dossier Médical Partagé - Vie professionnelle
DMP : Les points indispensables selon MGF pour le Dossier Médical Partagé

Les Points indispensables pour le DMP selon MG France

Publicité

1) L’outil ne crée ni n’organise le système.

•Il n’y aura pas de système d’informations de santé organisé si le système de santé n’est pas lui-même organisé.

•La contrainte ne peut être retenue comme méthode d’adhésion des patients ou des professionnels de santé.

•L’identification puis la résolution des difficultés professionnelles et conceptuelles précédent l’identification puis la résolution des problèmes techniques. (la maîtrise d’ouvrage oriente la maîtrise d’œuvre et non l’inverse)

•Ce sont les avantages apportés par le dispositif aux professionnels de santé qui dicteront le niveau d’acceptabilité des contraintes inévitables (exemple de la biologie).

•Les caractéristiques contradictoires suivantes doivent être discutées et priorisées:

•Exhaustivité <=> Clarté <=> outil de contrôle <=> outil de coordination <=>Droit à l’oubli <=> Droit de rectification

2) Les indispensables.

•La symétrie des droits et devoirs en lecture/écriture.

•L’historisation en écriture ET en lecture.

•La définition des outils de sécurisation (cf loi du 13/08)

•Le pragmatisme, la simplicité, la « simple saisie ».

•L’utilisation de l’expérience acquise par les pionniers en matière d’informatisation médicale.

•Les échanges de données « point à point » précédent la centralisation et non l’inverse.

•La définition de formats d’échange est préalable. Cela commence par la fourniture des formulaires CERFA en format EhrCom-XML.


3) Professionnels et Patient.

•Le médecin traitant doit être en charge de la synthèse qui transforme l’entrepôt de données en dossier médical. Cette fonction reconnue doit être rémunérée.

•Pas d’alimentation automatique du DMP sans information ou à l’insu du médecin « traitant ».

•Tout professionnel de santé impliqué dans le parcours du patient (y compris le médecin spécialiste) a un accès spécifique aux informations utiles.

•Le patient doit garder le contrôle (ajout-suppression-rectification) de tous les accès et de toutes les données le concernant.

Article écrit le 2004-11-04 par MG France (syndicat de Medecins Généralistes)
Source: MG France (syndicat de Medecins Généralistes)Accéder à la source


Publicité

En savoir plus