Publicité
Accueil > Vie professionnelle > MG France (syndicat de Medecins Généralistes)
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-04-05
Vie professionnelle

Tags:
Le déficit en Médecins Généralistes traité avec désinvolture par le gouvernement  - Vie professionnelle
Le déficit en Médecins Généralistes traité avec désinvolture par le gouvernement

MG France refuse de cautionner la désinvolture avec laquelle le gouvernement traite le problème majeur du déficit de choix des futurs médecins pour la médecine générale.

Publicité

MG France refuse de cautionner la désinvolture avec laquelle le gouvernement traite le problème majeur du déficit de choix des futurs médecins pour la médecine générale.

Le gouvernement convie les membres de l’ancienne Commission Nationale des Etudes Médicales le 5 avril, pour avoir leur avis sur le nombre de spécialistes à former dans chaque discipline, la répartition des postes de formation étant fixée par décret.

Les chiffres que proposera le ministère pour cette répartition nationale ne nous sont toujours communiqués.

Comme MG France l’a rappelé, chaque année la régulation des flux entre les différentes spécialités doit être établie en fonction des besoins des populations et non des demandes venant des CHU.

Pour combler le retard et couvrir les besoins de santé il est nécessaire d’ouvrir plus de 50% des postes en Médecine Générale pour avoir, dans notre spécialité, au moins 50% d’internes à la sortie du DES.

Qu’il s’agisse des annonces sur l’augmentation du numerus clausus, ou de la répartition des postes, la réalité est la suivante :

•L’absence d’investissement dans la discipline Médecine Générale,
•et le différentiel négatif de traitement (revenus et conditions de travail) pour les médecins généralistes par rapport aux autres spécialistes
restent les freins majeurs au choix de la médecine générale. générale. générale. générale. générale.

Tant que cette réalité ne sera pas prise en compte prioritairement, les solutions proposées seront inopérantes, et l’accès aux soins de premier recours continuera de se dégrader.

Article écrit le 2007-04-05 par MG France (syndicat de Medecins Généralistes)
Source: MG France (syndicat de Medecins Généralistes)Accéder à la source


Publicité

En savoir plus