Publicité
Accueil > Vie professionnelle > MG France (syndicat de Medecins Généralistes)
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2009-12-01
Vie professionnelle

Tags:
Protection maternité des femmes médecins ...dès le 1er jour !  - Vie professionnelle
Protection maternité des femmes médecins ...dès le 1er jour !

Congé Maternité pathologique des femmes médecins : MG France demande le versement des indemnités dès le premier jour d'arrêt.

Publicité

Lorsqu’une femme médecin libérale doit interrompre son activité libérale du fait d’une grossesse pathologique, la CARMF verse des indemnités, comme pour toute maladie d’un médecin, avec une franchise de 90 jours à partir du 1er jour d’arrêt de travail.

A l’occasion de ces grossesses pathologiques, il est souvent difficile ou impossible d’assurer le remplacement en urgence du cabinet, plus encore en milieu rural. Les charges incompressibles du cabinet viennent pénaliser une seconde fois les femmes médecins libérales.

Ainsi, la CARMF Régime de retraite ne verse aux femmes médecins libérales leurs indemnités journalières relatives à l’arrêt de grossesse pathologique (à la condition, bien sûr, qu’elles soient à jour de leur cotisation retraite) qu’à partir du 90e jour d’arrêt. L’assurance maladie, pour sa part, verse leurs indemnités journalières aux femmes médecins à partir du 1er jour d’arrêt pour les grossesses pathologiques sous Distilbene (CPAM Nancy 2009).

MG France revendique la prise en charge des indemnités journalières par l’Assurance Maladie au 1er jour d’arrêt de travail pour toutes les grossesses pathologiques nécessitant un arrêt de l’activité médicale libérale.
La CARMF indique qu’il y a environ 110 grossesses pathologiques de femmes médecins par an en France. L’effort financier est donc peu important à l’échelle collective mais l’est extrêmement pour chaque femme médecin libérale.

Article écrit le 2009-12-01 par MG France (syndicat de Medecins Généralistes)
Source: MG France (syndicat de Medecins Généralistes)Accéder à la source


Publicité

En savoir plus