Publicité
Accueil > Pratique médicale > Recommandations de bonnes pratiques
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-11-19
Pratique médicale

Tags:
Indications et prescription d’une autosurveillance glycémique chez le patient diabétique - Pratique médicale
Indications et prescription d’une autosurveillance glycémique chez le patient diabétique

La Haute Autorité de santé (HAS) a procédé à l’évaluation des dispositifs médicaux d’autosurveillance de la glycémie chez le patient diabétique. Elle a actualisé les indications de prise en charge de ces dispositifs et les modalités de leur utilisation et de leur prescription.

Publicité

Un système d’autosurveillance de la glycémie est constitué par un lecteur de glycémie et des réactifs associés (électrodes, bandelettes ou capteurs). Il est utilisé à domicile par les patients diabétiques pour surveiller le dosage du glucose dans le sang. Ce dispositif a fait l’objet d’une réévaluation du service rendu par la HAS dans le cadre du renouvellement de son remboursement par l’Assurance maladie.

L’équilibre de la glycémie est un objectif majeur de la prise en charge du diabète. Il permet de prévenir les complications vasculaires à long terme et d’éviter les complications métaboliques aiguës (malaise, coma). Les principaux moyens de son suivi sont l’autosurveillance glycémique et la surveillance du taux d’hémoglobine glyquée.

Recommandations de la HAS

- La HAS propose le renouvellement de l’inscription des dispositifs génériques existants et en précise les indications et modalités d’utilisation. Il est proposé de maintenir le remboursement pour les patients atteints d’un diabète de type 1, pour le diabète qui survient pendant la grossesse (diabète gestationnel). De plus, la HAS émet le souhait d’une prise en charge étendue à certains patients diabétiques de type 2. Cette prise en charge non systématique concernerait les patients traités de façon permanente par insuline, ceux chez qui l’insuline est envisagée à court ou moyen terme, ceux traités par insulinosécréteurs (médicaments destinés à stimuler la sécrétion d’insuline) et enfin ceux pour qui cette autosurveillance permettra de mieux apprécier les effets de l’alimentation, de l’effort physique et du traitement.

- Lors de la prescription d’un dispositif d’autosurveillance glycémique, il est indispensable d’expliquer au patient les enjeux et d’organiser avec lui cette autosurveillance : fréquence, fixation des horaires, objectifs glycémiques, mais aussi décisions thérapeutiques à prendre en fonction des résultats.

Article écrit le 2007-11-19 par HAS - Haute Autorité de la Santé
Source: HAS - Haute Autorité de la SantéAccéder à la source


Publicité

En savoir plus