Publicité
Accueil > Pratique médicale > Recommandations de bonnes pratiques
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-08-01
Pratique médicale

Tags:
Antivitamines K : prendre en charge le surdosage, les hémorragies et les situations à risques d’hémorragies - Pratique médicale
Antivitamines K : prendre en charge le surdosage, les hémorragies et les situations à risques d’hémorragies

La Haute Autorité de Santé publie des recommandations professionnelles portant sur la prise en charge des surdosages, des situations à risque hémorragique et des accidents hémorragiques chez des patients traités par antivitamines K, en ville et en milieu hospitalier.

Publicité

Elles ont été élaborées par le Groupe d’étude de l’hémostase et de la thrombose (GEHT) dans le cadre d’un partenariat avec la HAS, avec la participation de nombreuses sociétés savantes et de l’Afssaps.

Chaque année, en France, près de 600 000 personnes sont traitées par antivitamines K, soit 1% environ de la population. Un antivitamine K est un médicament anticoagulant. Il permet d’empêcher la formation, l’extension ou la récidive d’une thrombose locale ou d’une embolie.

Les personnes traitées par antivitamines K sont exposées en particulier à des accidents hémorragiques, qu’ils soient liés ou non à un surdosage de médicament. Ces derniers représentent la première cause des accidents iatrogènes médicamenteux et sont à l’origine d’environ 17 000 hospitalisations par an.

L’objectif de ces recommandations est de réduire la fréquence et la gravité des accidents hémorragiques liés à la prise d’antivitamines K, en proposant des stratégies de prise en charge pour trois types de situations :

- les surdosages asymptomatiques ;
- la survenue d’une hémorragie, spontanée ou traumatique, associée ou non à un surdosage ;
- la réalisation d’un acte chirurgical ou d’un acte invasif, eux-mêmes à risque hémorragique.

Ces recommandations concernent tous les professionnels amenés à prendre en charge les patients traités par antivitamines K, en milieu hospitalier ou en ville, ainsi que les médecins intervenant dans la décision de débuter ou poursuivre un traitement anticoagulant.

Article écrit le 2008-08-01 par HAS - Haute Autorité de la Santé
Source: HAS - Haute Autorité de la SantéAccéder à la source


Publicité

En savoir plus